Christian Bérard, « clochard magnifique »!

Christian Bérard

Christian Bérard (1902-1949), « Au salon, la conversation », 1944.

Huile sur toile, signée en bas et à gauche (24×19.5cm).

Anciennes collections de Boris Kochno et de Pierre Pastré.

Cette oeuvre fut exposée à l’exposition « Christian Bérard » au musée Cantini de Marseille en 1973.

Vendu -sold

Christian Bérard est issu d’une famille bourgeoise. Après des études au lycée Janson-de-Sailly, il entre en 1920 à l’Académie Ranson. Il est influencé par Édouard Vuillard et Maurice Denis. Christian Bérard expose ses œuvres pour la première fois en 1925 à la galerie Pierre. Jacques Bonjean et Pierre Colle, galeristes associés à Christian Dior, exposent régulièrement les œuvres de Bérard. Il collabore par la suite avec Jean-Michel Frank, grande figure de l’Art déco, avec lequel il réalise des panneaux peints et des projets de dessin de tapis dont s’inspireront les couturiers Coco Chanel, Elsa Schiaparelli et Nina Ricci. Ses peintures ont essentiellement pour objet la figure humaine. De 1926 (exposition à la galerie Eugène Druet) à 1930, il appartient au groupe d’artistes « néo-humanistes», défendu par le critique Waldemar George, avec notamment les frères Berman, Pavel Tchelitchev, Kristians Tonny et Joseph Floch. Il n’expose plus ses tableaux à partir de 1934, engageant sa carrière sur d’autres voies.

Dès le début, il est attiré par le théâtre dont il deviendra l’un des principaux créateurs de décors et de costumes au cours des années 1930 et 1940. Il travaille dès 1930 en étroite collaboration avec Jean Cocteau et Louis Jouvet. En plus du théâtre il s’investit durant sa carrière dans le ballet.

« Cristian Bérard, clochard magnifique » par Jean Pierre Pastori:

« Le 12 février 1949, Christian Bérard s’effondre au théâtre Marigny alors qu’il vient de mettre la touche finale aux décors des Fourberies de Scapin de son ami Louis Jouvet. Celui que l’on surnomme « Bébé » quitte alors la grande scène sous les bras de Jouvet et de Jean-Louis Barrault, qui le hissent jusque dans son lit, au cinquième étage de son immeuble. Cet ultime coup de théâtre sonne le glas d’une vie artistique et mondaine mouvementée. Peintre, dessinateur de mode, décorateur et costumier de théâtre, Bérard fut exposé par Christian Dior, mit ses talents au service de metteurs en scène de premier plan tels que Jean Cocteau et Roland Petit, collabora comme illustrateur de mode avec Vogue et Harper’s Bazaar, conseilla les grands noms de la haute couture, d’Elsa Schiaparelli à Robert Piguet… Artiste bohème très en vue, avec sa barbe tachée de peinture et sa mise négligée, il fréquenta le Tout-Paris des années 1930 et 1940, accompagné du célèbre librettiste Boris Kochno, son amant. »

Macario Vitalis, peintre cubiste de l’école de Paris.

macario vitalis
Macario Vitalis (1898-1989), « composition cubiste », 1946,
huile sur toile, signée et datée en bas et à droite, 32x40cm
Disponible – available

Macario Vitalis naît en 1898 à Lapog dans la province de l’Ilocos Sur aux Philippines. Avec son frère, il quitte son pays pour la Californie où les travailleurs philippins se font embaucher dans les plantations d’ananas. Macario Vitalis fut élève de 1920 à 1922, de l’École des Beaux-Arts de San Francisco (Californie) puis jusqu’en 1924 à celle de Philadelphie (Pennsylvanie).

En 1926, il décide de partir pour la France où il s’installe à Montmartre, puis à Puteaux où il fait la connaissance de Camille Renault. Peintre postcubiste, son art montre une certaine influence de l’exemple de Jacques Villon, qu’il fréquenta dans le cadre du groupe de Puteaux et de la « Section d’Or », avec Albert Gleizes, La Fresnaye, Metzinger. Ainsi, pendant plus de trente ans, Macario Vitalis fréquentera cet établissement, lieu de rencontre de nombreux artistes et intellectuels, où il a peint de petites compositions à même le mur du restaurant.

Puis dans les années 1950, il s’installe en Bretagne, à Plestin-les-Grèves, où il produit des paysages marins, des scènes religieuses, des scènes de la vie quotidienne et quelques portraits. Dans les années 1980, il retourne aux îles Philippines où il décède en 1989.

Une exposition rétrospective est organisée à l’alliance française de Manille en mars 2011 et une sur sa période bretonne à Plestin-les-Grèves du 20 juillet au 15 août 2016.

La Poste française lui consacre en juin 2017 un timbre-poste à l’occasion du 70e anniversaire des relations diplomatiques entre la France et la République des Philippines.

Un article d’Yves Coativy paru en 2015 fait la synthèse de son œuvre breton.

Bibliographie: -Dictionnaire des peintres, Bénézit, Ed Gründ, 1999, Tome XIV, p.292

Charles Cottet, la Bretagne âpre et mélancolique.

Charles Cottet, « Deuil marin« , eau-forte, signée en bas et à droite, numérotée 5, 308x415mm

Charles Cottet reçut des conseils de Puvis de Chavannes et de Roll ; il prit part aux expositions impressionnistes que Le Barc de Boutteville organisait dans sa boutique de la rue Le Peletier. Il exposa pour la première fois au Salon en 1889. Il était déjà établi en Bretagne depuis quelque temps et y avait trouvé la forme picturale qui devait établir sa réputation. Médaille d’or en 1900 à l’Exposition Universelle. Il participa à la fondation de la Société Nationale des Beaux-Arts, puis en 1900 à la Société Nouvelle.

Son goût pour les tons plombés et les harmonies sombres le fit considérer comme le chef de file du groupe de ceux que l’on nommait “la bande noire” avec Xavier Prinet, Emile René Ménard, Lucien Simon et André Dauchez. En réaction contre l’impressionnisme, ils se référaient volontiers à Courbet et prônaient une peinture à contenu moral. Il a laissé surtout des paysages de Bretagne, d’un sentiment dramatique et peints dans une pâte épaisse.

« Cette oeuvre représente une scène de la vie bretonne, qui par sa sévérité, compose des groupes dans lesquels les individualités se fondent. On n’y existe guère que dans la vie communautaire. Elle seule permet d’affronter les deuils et les tempêtes qui ponctuent la vie au bord de ces rivages déchiquetées. »

Cette planche montre trois femmes – trois générations de femmes en deuil. Deux sont en manteau noir à capuchon, et la jeune fille au centre, sans manteau, porte un bonnet

Ses oeuvres sont présentes dans les musées : Alger – Anvers – Barcelone – Bordeaux – Bruxelles – Bucarest – Cincinnati – Dublin – Düsseldorf – Gand – Helsinki – Karlsruhe – Lille – Munich – Padoue – Paris (Musée d’Art Moderne, Petit Palais) – Philadelphie – Rome – Venise – Vienne…

Bibliographie :

– Dictionnaire des peintres, Bénézit, Ed Gründ, Tome III, p.953

– « Charles Cottet – Catalogue raisonné de l’œuvre gravé », Daniel Morane, 2002

Achille Granchi-Taylor, témoin du quotidien breton!

Granchi Taylor
Achille Granchi-Taylor, « Pêcheur et ses enfants sur les quais, Concarneau », circa 1890,
huile sur toile marouflée sur panneau, non signée, 60 x 45cm
Version préparatoire pour le tableau « Pauvre pêcheur de Concarneau » se trouvant dans les collections du musée des Beaux-Arts de Brest.
Vendu -Sold

Achille Granchi-Taylor (Lyon 1857 – 1921) fut élève de l’atelier Cormon en 1887, et c’est probablement dans les ateliers des Beaux-Arts de Paris qu’il rencontra Alfred Guillou et Téophile Deyrolle, tous deux grands peintres de Cocnarneau.

En 1887, alors qu’il se trouve à Pont-Aven, Granchi-Taylor rencontre Paul Gauguin (qui fera son portrait en 1895), ainsi que Henry Moret, de Chamaillard, Maxime Maufra, Emile Jourdan, Roderick O’Conor, à la pension Gloanec.
La Bretagne l’ayant sédui,t il s’y fixa et passa à Concarneau les trente meilleures années de sa vie d’artiste. A Concarneau, il peint la vie des pêcheurs, celle de tous les jours, de manière très grave, dans un style purement académique, très austère dans sa description du labeur. Sa palette reste dans des tons sombres, révélant d’autant plus cette sévérité, cette austérité et pauvreté du monde des pêcheurs. Mais sa palette s’éclaircira peu à peu et les toiles prendront des tons adoucis. Il peignait le monde des pêcheurs avec un réalisme sans outrance mais aussi sans concessions.

Cette oeuvre fait partie d’une série de peintures que l’artiste consacre aux pêcheurs de Concarneau et à leur famille, témoin de leur grande précarité et de la dureté de leur vie quotidienne. Ce tableau est à rapprocher du tableau « Pauvre pêcheur de Concarneau », qui fait partie de la collection permanente du musée des Beaux-Arts de Brest.

Bibliographie:
Dictionnaire des peintres, Bénézit, Ed Gründ, Tome VI, p.376
La route des peintres en Cornouaille, Quimper, 1997
Les peintres de Concarneau, Henri Belbeoch, 1993
-Catalogue d’exposition, Musée de la Pêche, Concarneau, 1993

Lucien Victor Delpy, Concarneau et son ancien quai Pénéroff!

DELPY
Lucien Victor Delpy, Le quai Pénéroff à Concarneau, 1930
huile sur carton, signée en bas et à gauche, 22x27cm
Vendu – Sold

Lucien Victor Delpy (Paris 1898 – Lorient 1967)

Delpy est admis le 14 novembre 1914 à l’École nationale supérieure des beaux-arts dans les ateliers de Fernand Cormon, d’Émile Renard et de Jean-Pierre Laurens, puis il étudie auprès de Charles Fouqueray. Il installe son atelier à Montparnasse en 1923.

Il s’engage comme volontaire en 1917 jusqu’en octobre 1919 puis il revient à l’atelier Cormon.

Il découvre la Bretagne en 1924 et il deviendra un incontournable artiste du Groupe de Concarneau d’entre les deux-guerres. Il nous dépeint ici, dans une riche et sourde palette de couleurs, l’ancien quai Pénéroff de Concarneau, avant le comblement du bassin en 1937.

Lucien Victor Delpy est médaille d’argent et titulaire du prix Paul Liot au Salon des artistes français de 1927. Il reçoit le prix Dumoulin pour l’Algérie de la Société coloniale des artistes français en 1928, et est nommé peintre de la Marine en 1931, année où il reçoit également le grand prix de la Ville de Paris pour l’Afrique du Nord.

Il est envoyé en mission sur le front à Dunkerque en 1940, puis à Cherbourg. On le retrouve en mission avec l’Armée Rhin et Danube en 1945, année où il est nommé peintre aux armées.

Lucien Victor Delpy embarque en mission Toulon-Saigon en 1950. L’artiste sera également envoyé en mission comme peintre militaire en Algérie française en 1958 avec les fusiliers marins dans l’Oranais et à Nemours (aujourd’hui Ghazaouet).

Le peintre reçoit le prix des paysagistes français en 1946 et le prix Corot en 1947. Il est nommé chevalier de la Légion d’honneur en mars 1954.

Bibliographie:

Dictionnaire des peintres, Bénézit, Ed Gründ, 1999,

La Route des peintres en Cornouaille, 1998, Quimper