Emile Guillaume, la conversation sur les quais du Croisic!

le Croisic la Baule Guérande émile guillaume

Emile GUILLAUME (Paris 1900-Saint-Nazaire 1975)
La conversation, c.1950
Huile sur toile, signée en bas et à gauche, 38,5 x 61cm
Disponible-Available

Emile Guillaume suit les cours des Beaux-Arts de Paris. Le style instantané de Mathurin Méheut le captive.

En 1928 il passe ses vacances chez sa grand-mère au Pouliguen et décide de s’installer à La Baule. Associé au décorateur Marcel Darroux, il lui est confié par Roger Bernheim l’ambiance de l’Hôtel Plage et Golf, plage Benoit, réhabilité par l’architecte P.-H. Datessen. Tout comme Lemordant ou Garin, Emile Guillaume maroufle des fresques régionalistes : les pêcheurs du Pouliguen, les paludiers de Saillé, les mareyeuses du Croisic égaient la salle à manger. J. Le Bihan en publie un article dans la revue Bretagne (n°89 ; 1930). Ensuite Emile Guillaume se lit d’amitié avec le peintre nazairien René-Yves Creston puis avec les architectes baulois Grave, Meunier, Louis et Boesch.

Sa facture picturale est aisément reconnaissable avec ses pêcheurs à la peine, en ciré jaune ou roux, halant les barques et ramassant les thons. Puis leurs trognes taillées à la serpe s’entrechoquent au troquet du port sous la lueur blafarde d’une pétoche à pétrole. Durant la guerre, Guillaume donne des cours de dessin et publie un ouvrage sur les décors celtiques dans l’Art Moderne (Brest, 1944).

En illustration, il publie une carte de la Bretagne avec costumes et lieux remarquables et fait de même avec la Presqu’île Guérandaise. Enfin, petit chef-d’œuvre : la série de cartes postales où son crayon croque avec délice de belles bretonnes, des grands-mères et des vieux loups de mer.

Share

Galerie Brugal, ouverture de la galerie d’art à La Baule!

Galerie d'art La Baule Brugal

Galerie Brugal La Baule

Galerie Brugal, 4 Boulevard Darlu, 44500 La Baule

06.89.15.56.55.

Nous présentons des peintures des écoles bretonnes et modernes. Venez découvrir à La Baule ce nouvel espace dédié aux oeuvres graphiques des différentes courants artistiques de Bretagne (période 1870-2000), de l’école de Pont-Aven aux nouveaux artistes bretons.

La Galerie Brugal a développé en son sein, un département d’expertise et de documentation de collections et/ou de patrimoine. La Galerie a édité le catalogue raisonné de l’œuvre gravé du peintre-graveur André DAUCHEZ (1870-1948). Dans ses anciens locaux de Pont-l’Abbé, Stéphane Brugal a organisé diverses expositions : « La Bretagne éternelle » d’André Dauchez (2007) – « Eugène LAMBERT, peintre de la Mer » (2008) – « Sur les rives du pays Bigouden » de Bruno Marrec, peintre de Concarneau (2009) – « Les côtes de Bretagne » de Roger Lucien DUFOUR (2010) – Exposition des Monotypes de Michelle BOUCARD (2011) – « Rivages bretons » de Jacques IGNAZI (2012) – Expositions « Prises de rue», photographies de Thierry Baïze, et « Vagues et déferlantes », bois gravés d’Eric Durant (2013) – 2015: « La Bretagne s’Affiche », exposition d’affiches anciennes de collection sur la Bretagne des années 1900 à 1960 – 2016: Exposition des peintres de la Marine – 2017: exposition des œuvres contemporaines de Bernard BAUMESTEIR –

Des oeuvres des écoles bretonnes et modernes: Lucien Simon, Mathurin Méheut, André Dauchez, Ferdinand Du Puigaudeau, Henri Barnoin, Paul-Auguste Masui, Mathurin Janssaud, Lionel Floch, Jean-Julien Lemordant, Paul Morchain, Jean Puy, Augustin Feyen-Perrin, Emile Guillaume, Renée Carpentier, Raymond Wintz, Jules Paressant, Alexis De Broca, Jean Lachaud, Henri Rivière, Henri Vollet, André Planson, Augustin Carrera, Albert Gleizes, André Lhote, Eugène Delecluse, Henri Guinier, Jean-Emile Laboureur, Paul Morchain, André Marzin, Roger Capron, Robert Pérot, Auguste Moreau, Maurice Le Scouëzec, Gabriel Argy-Rousseau, Augustin Hanicotte, Lucien Ott, Emile Schuffenecker, Robert Pougheon, Charles Cottet, Emile René Ménard, Xavier Prinet, Henri Le Sidaner, Henri Edmond Cross, Ernest Pierre Guérin

La Galerie Brugal présentera à La Baule des artistes contemporains lors d’expositions temporaires, dans le domaine de la peinture et de la photographie: Jean-Yves LE MARC, Michael WESTON, Patrick HUGUIER, Jacques BARDINET, Patrick LAZIER, ROBIN, Françoise HUGUIER…

Share

Salon des Antiquaires de Guérande 2018

 

La Galerie Stéphane Brugal sera présente au prochain Salon des Antiquaires de Guérande du 11 au 19 août 2018 . C’est un salon de très belle qualité. Ce salon d’antiquités se situe dans le Collège Saint Jean Baptiste de Guérande, proche des remparts avec parking privé et gratuit.

Pour toute information, contactez-moi directement au

06 89 15 56 55

Share

Le port du Pouliguen, par Charles Tranchand, 1935.

Charles Tranchand Le Pouliguen
Charles Tranchand, Le port du Pouliguen,
gouache sur carton, 1935
Vendu-Sold

Le port du Pouliguen, en Loire Atlantique, peint en 1935 par Charles Tranchand.

Charles Tranchand suit les cours de l’école des Beaux-Arts, comme élève architecte, de 1900 à 1904. En octobre 1901, il reçoit le premier prix du cours d’architecture et le premier prix de dessin. Boursier du département, il passe deux ans à Paris dans l’atelier de Cormon, à l’école nationale des Beaux-Arts, ce qui lui permet de découvrir les impressionnistes, de même que Van Gogh et Gauguin.

Revenu dans son Anjou natal, il se lie d’amitié avec le milieu artistique angevin : Berjole, Georges Gobo, Louis-Charles Morin, Adrien Recouvreur, Willy Landelle. C’est déjà le peintre du vieil Angers, qui traque tout le pittoresque des vieilles rues et des monuments, pour les rendre en vigoureux traits de gravure.

En 1923, Charles Tranchand fait partie de la Guilde des artistes angevins, formée autour d’André Bruel. C’est l’un des artistes favoris de l’agence de publicité Hirvyl. Il travaille aussi pour le Syndicat d’initiative et illustre beaucoup d’ouvrages d’écrivains angevins : Paysages et pays d’Anjou  de René Bazin (1926), Vieilles rues, vieux logis, la Cité de Mathilde Alanic (1931), Angers. Promenade autour d’une cathédrale de Marc Leclerc (1944), à Angers après la tourmente du chanoine Civrays (1945). Sur la fin de sa vie, en 1944, il est enfin nommé professeur de peinture à l’école des Beaux-Arts et inaugure, au printemps 1953, le premier cours de gravure créé à l’école.

Share