Louis Bancel, de grande pureté sculpturale!

Louis Bancel sculpture bronze maternité Moore
Louis Bancel (1926-1978), « Maternité », bronze à la cire perdue, cachet du fondeur « E.Godard »; numéroté 5/8. Hauteur 11cm, longueur 18cm.
Disponible-Available

La guerre va bouleverser les plans du jeune Louis Bancel (lui-même utilise le terme de  « rupture »). Tout juste âgé de 17 ans, il entre dans la Résistance. En 1945, fatigué par la guerre et souffrant de graves problèmes de santé, il se repose à  Saint-Julien et s’interroge sur le sens profond de sa vie. Celle-ci va alors prendre un nouveau chemin lorsqu’il découvre des ouvrages décrivant l’histoire de l’art et la vie des grands peintres. Il décide alors de se lancer dans la quête de « ce quelque chose dont on s’approche mais qu’on atteint jamais ».

Après 3 ans d’apprentissage chez le sculpteur lyonnais Lucien Descombe Louis Bancel s’installe à Paris en 1948.

Citant les modernes comme Picasso, Matisse et Laurens, mais aussi les sculptures primitives des Cyclades, l’artiste fait progressivement évoluer son travail vers des formes les plus pures et les plus simples possibles.

En 1957, Boris Taslitky fait le lien entre l’association des déportés de Dora-Buchenwald et Louis Bancel. Le monument dédié aux victimes du camp, aujourd’hui au cimetière du père Lachaise, sera l’une des ses premières commandes, et l’une de ses sculptures les plus impressionnantes, en décalage complet avec ses autres oeuvres.  Ces trois corps décharnés et disloqués témoignent directement des horreurs de la Seconde Guerre mondiale. Louis Bancel travailla le restant de sa vie, jusqu’en 1978, à  construire son oeuvre autour de ses sujets de prédilection que sont la féminité et la maternité.

Beautiful bronze Louis Bancel (1926-1978), « Maternity », lost wax bronze, seal of the founder « E.Godard »; numbered 5/8. Height 11cm, length 18cm.

Louis Bancel sculpture bronze maternité Moore
Louis Bancel sculpture bronze maternité Moore
Share

Jean Laniau et la femme, une grande sensualité exacerbée!!

Jean Laniau sculpteur bronze
Jean Laniau, Sculpture en bronze à la cire perdue, « le Pont » ou « Femme s’étirant »,
cachet du fondeur « Cappelli », numéroté 5/8, hauteur 20cm.
Vendu-Sold

L’un des plus beau sujet, celui de la féminité, de la sensualité, de l’érotisme… l’art du sculpteur Jean Laniau.

Né en 1931 à La Rochelle, Jean Laniau commence à l’âge de 14 ans une vie professionnelle dans le quartier du Faubourg Saint Antoine à Paris où le travail du bois, principalement celui de l’ameublement de style occupe les arrière-boutiques et les cours des rues avoisinantes.

En 1968, parallèlement à son activité, il décide de suivre les cours du soir de dessin et de peinture avec M. Paul Girol ainsi que les cours par correspondance dispensés par l’école ABC avec M. Pacouil. Rapidement, en élève assidu, Jean Laniau s’initie à toutes les techniques de l’art pictural, dessin, lavis, aquarelle et peinture à l’huile avec une formation basée sur l’étude du dessin et de la peinture sur modèle, quel que soit le sujet : fleur, nature morte, paysages…

L’étude du nu féminin le sensibilise particulièrement et ses réalisations laissent apparaître cette nouvelle attirance. C’est à partir de 1975 qu’il décide de prendre des cours de sculpture à l’Ecole Supérieure de Montparnasse avec Edmond Moirignot. Ses expériences antérieures et sa grande capacité d’adaptation au dessin lui permettent très vite de maîtriser la sculpture.

Dans un premier temps, il dessine la pose retenue ou envisagée sous des angles multiples. Ses croquis préparatoires présentent un degré d’achèvement vraiment stupéfiant, dépassant probablement de beaucoup ce qui serait strictement nécessaire. Mais l’artiste ne peut se satisfaire de l’ébauche même dans un travail préparatoire. Ces esquisses deviennent à leur tour des oeuvres d’art. Pour Jean Laniau, elles servent à préparer l’étape suivante, le travail de la terre : à partir de masses successives ajoutées, les grandes orientations commencent à se dessiner. La texture est douce, lisse et souple, pourrait-on dire comme la peau du modèle.

A partir de 1981, il décide de se consacrer uniquement à cet art. Rapidement, ses oeuvres seront exposées, reconnues et feront partie des grandes collections. Jean Laniau réalisa le buste du Maréchal Juin pour la ville du Lavandou, deux sculptures pour la ville de Biscarosse, une sculpture pour le jardin du 15e arrondissement à Paris, et d’autres oeuvres qui partent à l’étranger.

Jean Laniau sculpteur bronze
Jean Laniau sculpteur bronze
Share