Ouest France. Un peintre contemporain à la Galerie Stéphane Brugal.

Peintre contemporain, spécialiste de linogravures, Eric Durant, présente quelques-unes de ses créations, jusqu’à la fin du mois d’août, à la Galerie Stéphane Brugal. Ses vagues, inspirées de celles de l’océan et, «  de son éternel mouvement «  , se multiplient à travers une série de bois gravés. «  D’une grande force, ses linogravures sont magnifiques de beauté et de vérité « , commente Stéphane Brugal. à côté, les paysages colorés de la côte bigoudène que présente Hervé-Louis, voisinent avec les chefs-d’oeuvre de Jean-Julien Lemordant, Henri Barnoin, Lucien Simon, Mathurin Méheut ou André Dauchez, parmi les plus célèbres des artistes reconnus de l’école bretonne.

Suite de l’article sur Ouest France.

Share

Le Télégramme: Galerie Stéphane Brugal. De grands peintres à voir et à revoir

Pour la huitième année consécutive, Stéphane Brugal a ouvert sa galerie de peintures anciennes et modernes. Jusqu’à fin août, la Galerie Stéphane Brugal présente une sélection de peintures et de dessins des différentes écoles bretonnes, couvrant ainsi plus d’un siècle de production artistique. Spécialisé dans les peintres des écoles bretonnes de la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours, Stéphane Brugal guide les visiteurs dans l’approche des différents artistes et dans le choix d’oeuvres typiques de ces productions : Jean-Julien Lemordant, Henri Barnoin, Paul Eschbach, Maxime Maufra, Henri Guinier, Lucien Simon, Adolphe-Marie Beaufrère, Maturin Méheut…

 

 

Share

Ouest France. Vagues et déferlantes à la Galerie Brugal.

Spécialisé dans les peintres des écoles bretonnes, la Galerie Stéphane Brugal met en avant les linogravures en couleur d’Eric Durant. « Sur le thème, des vagues et déferlantes « , précise-t-il. Des oeuvres qui expriment, tout naturellement, la puissance et le mystère des eaux en furie des caps finistériens. Artiste contemporain, Eric Durant, enseigne à l’Ecole nationale supérieure des arts appliqués de Paris. A côté, plus apaisants, les pastels d’Hervé-Louis, représentent les paysages colorés des rivages bigoudens. Parallèlement à ses nouveautés, le visiteur retrouve les créations typiques les plus connues, de Jean-Julien Lemordant, Henri Barnoin, Paul Eschbach, Maxime Maufra, Henri Guinier, Lucien Simon, Adolphe Marie Beaufrère, André Dauchez et Mathurin Méheut. Autant d’artistes dont le nom suffit et que l’on ne présente plus.

Suite de l’article sur Ouest France.

Share

Galerie Stéphane Brugal. Scènes et paysages bigoudens.

Le Pays bigouden s’expose actuellement à la Galerie Brugal. Des scènes et paysages des XIXe et XXe siècles. A découvrir notamment, des oeuvres d’André Dauchez et de Lucien Simon. « Nous avons beaucoup de pièces d’André Dauchez et Lucien Simon qui, d’ailleurs, étaient beaux-frères », annonce Stéphane Brugal. « André Dauchez a beaucoup peint du côté de Lesconil car sa maison se situait vraiment au bout de la plage des Sables Blancs, commune de Loctudy. Ce peintre et graveur était attaché aux paysages: des peintures, dessins et eaux-fortes représentent les variations de couleurs sur les paysages, les dunes et la mer », explique le galeriste. Lucien Simon était plus attaché aux personnages. « Il aimait vraiment peindre des scènes de la vie des Bretons. Sur cette oeuvre, le rouge de la robe campe vraiment l’époque: une scène d’été des années 20. Nous avons la chance d’avoir obtenu plusieurs de ses oeuvres grâce à des familles de la région », reconnaît Stéphane Brugal.

Suite de l’article sur Le Télégramme

Share

Galerie Brugal. Une exposition dédiée à Bruno Marrec.

 

Jusqu’à la fin du mois d’août, la galerie Stéphane Brugal propose de découvrir les oeuvres de Bruno Marrec, un peintre concarnois, réalisées sur les côtes bigoudènes: « Sur les rives du Pays bigouden ». Voilà le thème de l’exposition dédiée à Bruno Marrec cet été à la galerie Stéphane Brugal de Pont-l’Abbé. Une peinture figurative qui représente tantôt les rochers du Guilvinec, tantôt la plage de La Torche ou encore, le petit chemin au bord de la plage de Lesconil. Fils de charpentier de marine, Bruno Marrec dit être né « dans les copeaux ». C’est de là que cet héritier de l’école de Pont-Aven tire son inspiration. Les bateaux et la mer font partie intégrante de son oeuvre. Un travail vers la lumière pour cette exposition, Stéphane Brugal, qui tient la galerie du même nom, a contacté le peintre pour élaborer leur collaboration.

Suite de l’article sur Le Télégramme

Share