Un Seiz Breur, René Yves Creston, au large du Groenland!

René Yves Creston Seiz Breur
René-Yves Creston (attribué à), « au large du Groenland »,
huile sur toile, non signée, 39,5 x 62,5cm
Vendu-Sold

Oeuvre attribuée à l’un des fondateurs du mouvement Seiz Breur (Sept Frères),  René-Yves Creston (1898-1964), en pleine mer du Groenland.

En 1923, René-Yves Creston , sa femme Suzanne et Jeanne Malivel fondent l’Union des Sept Frères (Unvaniezh Seiz Breur) réunissant quelques dizaines d’artistes bretons de plusieurs disciplines voulant créer pour le plus grand renom de la Bretagne.

« En 1927, une participation remarquée à l’exposition des arts appliqués de Saint-Nazaire, conçue en partie comme un hommage à Jeanne Malivel, convainquit Creston de pousser les feux en fédérant les principaux acteurs du risorgimento breton qui embrasait tous les domaines de la création. Une revue bilingue, Kornog, fut lancée à cette fin et, le 29 mars 1929, à Saint-Brieuc, l’Unvaniez ar Seiz Breur (UASB), « Union des Sept Frères », prit la relève. Sans renoncer à l’idée de 1923, la nouvelle organisation devait l’élargir progressivement en accueillant des architectes, des musiciens, des littérateurs, des éditeurs et même un biologiste. »

Véritable coordinateur du mouvement, René-Yves Creston passe de la gravure sur bois à l’aquarelle ou à l’huile, travaille pour Henriot à Quimper, puis devient sculpteur.

En 1930, passionné par le monde maritime, Creston embarque avec des pêcheurs de Fécamp pour une campagne de pêche à la morue. L’ethnographie maritime tient une grande place dans sa carrière. En 1933, Creston gagne le Groenland à bord du  Pourquoi pas? avec le commandant Charcot dont il a réalisé des portraits.

En 1936, Creston est nommé peintre officiel de la Marine. En 1937, Creston conçoit pour l’Exposition universelle qui se déroule à Paris une sphère en l’honneur des « Découvreurs bretons », elle a été réalisée en céramique par la maison Henriot à Quimper.

En 1939, titulaire du diplôme d’études supérieures d’anthropologie et d’ethnologie de la faculté des sciences de Rennes, Creston effectue une mission d’étude pour le musée de l’Homme aux îles Féroé.

Share

René Quillivic, « sur le môle », 1921.

René Quillivic
René Quillivic, « Sur le môle », 1921, gravure sur bois

Signée dans la planche, l’immatriculation du bateau indique la date 1921 et la lettre A indique le lieu, Audierne
Vendu-Sold

Originaire de Plouhinec (Bretagne, Sud Finistère), René Quillivic (1879-1969) se prépare à exercer le métier de menuisier-charpentier et fait le Tour de France des Compagnons du Devoir, pendant lequel il apprend la langue française.

Ayant bénéficier d’une bourse du Conseil Général du Finistère, il décide de s’orienter vers la sculpture et part se former à l’Ecole Nationale des Beaux-Arts de Paris.

Son inspiration est issue principalement de sa Bretagne d’origine où il obtient de nombreuses commandes de statues (notamment pour la commémoration de la Grande-Guerre) dans les années 1920, utilisant les granits bretons, et le plus souvent la kersantite.

Il aborde la gravure sur bois vers 1912, adoptant le bois de fil. Sociétaire de la première  Société de la Gravure sur Bois Originale, René Quillivic est membre fondateur de la deuxième société en 1920. Son oeuvre gravée s’inspire des motifs bigoudens et celtiques, et bien qu’il ne fasse pas partie du mouvement des Seiz Breur.

Cette technique graphique lui permet d’exprimer ce qu’il ne peut réaliser par la sculpture. Il réalise une série de douze gravures sur bois intitulée L’Histoire de la mer, et des illustrations pour le livre Souvenir d’enfance et de jeunesse d’Ernest Renan. La revue L’art et les artistes, dans son numéro d’octobre 1930, publie des reproductions de trois gravures sur bois de René Quillivic : Devant Dieu (1919), Saint Edwet (1921)  (en fait une reproduction de la chapelle Sainte-Edwette en Esquibien) et La Vague.

René Quillivic renouvelle les thèmes traditionnels, en particulier quand il travaille pour la faïencerie HB à Quimper, à la demande de Jules Verlingue.

 

 

Share

Marcel Jacquier, un décorateur et peintre.

Marcel Jacquier
Marcel Jacquier, « Devant la ville close »,
huile sur panneau, signée en bas et à droite, 40cm x 97cm

Vendu-Sold

Elève en 1903 de Luc-Olivier Merson, Marcel Jacquier (Paris 1877-1957) a eu une importante activité de décorateur et d’affichiste, qu’il a menée parallèlement à une oeuvre personnelle de peintre inspirée essentiellement par la Bretagne.

Il participe à partir de 1905 et jusqu’en 1940, au Salon des Artistes Français, exposant des oeuvres de sujets bretons, ainsi qu’au Salon d ‘Automne et à de nombreuses expositions régionales comme à Nantes, Brest. Les années 1930 sont les plus fécondes et marquées par la réalisation d’oeuvres aux thèmes régionaux. Il participe en 1937 à la décoration du Pavillon de la Bretagne à l’Exposition Internationale de Paris, aux côtés de Mottheau et René-Yves Creston.


« Inscrit à l’école des Beaux Arts de Nantes en 1889, il fréquente ensuite l’académie Julian à Paris en 1907. Il revient en Bretagne chaque été entre 1903 et 1911; à la belle saison, depuis Tréboul, il part à la recherche de motifs, sillonnant ainsi le Finistère. Il est l’auteur de plusieurs affiches pour des syndicats d’initiative. Il est récompensé au Salon des Artistes Français de 1933, Il reçoit la médaille d’argent pour son levure Les Veuves. Peintre de Douarnenez, il est aussi l’auteur de paysages de bière et de scènes de pardons. Il peint également à Concarneau, vers 1910. » Jacqueline Duroc, Estelle Guille des Buttes-Fresneau, Hervé Duval, La modernité en Bretagne : Tome 2, de Jean-Julien Lemordant à Mathurin Méheut (1920 – 1940), Silvana Editoriale, 1er juillet 2017.

Bibliographie:
Dictionnaire des peintres et sculpteurs, Bénézit, Ed Gründ
Marcel Jacquier, article de Patricia Plaud-Dilhuit, in “La création bretonne, 1900-1940”, Ed Arts de l’Ouest, 1995

Share

Sévellec, la libre esthétique d’un breton.

Natif de Camaret, Jim Eugène Sévellec (1897-1971) commence sa carrière artistique au début des années 1920. Professeur à l’école de beaux-arts de Brest, il multiplie les articles et des critiques d’art; nommé peintre officiel de la Marine en 1936, dans la même promotion que René-Yves Creston, co-fondateur du mouvement des Seiz Breur.

Son contact avec la manufacture Henriot à Quimper date des années 1927-1928. Jim Sévellec va réaliser dans cette faïencerie un grand nombre de sujets et services, qui lui assureront un beau succès. On peut noter pour l’anecdote, que souvent dans les groupes figurant une fillette et sa mère, ce sont sa fille et son épouse qui servaient de modèles.

Jim Eugène Sévellec

Jim Eugène Sévellec, Assiette en faïence,

chez Henriot Quimper, signée dans le décor, diamètre 24,5cm

Vendu-Sold

À partir de 1925, ses séjours en Bretagne devinrent plus fréquents et même temps que s’affirmait sa reconnaissance artistique : exposi­tions en Bretagne, puis à Paris, début de sa longue collaboration avec la faïencerie Henriot, nommé professeur à l’École européenne supérieure d’art de Bretagne (Brest), peintre officiel de la Marine, sociétaire des artistes français… Son talent aux multiples facettes le fit aussi s’intéresser au renouveau des meubles bretons et une réalisation de ses élèves fut sélectionnée pour l’exposition universelle en 1937.

Puis survint la seconde guerre mondiale et la famille Sévellec dût abandonner sa maison de la rue Yves Collet à Brest pour se réfu­gier à Landerneau. Là, Jim Sével­lec peignit beaucoup, les rues de Landerneau comme les villages des environs. « Est entré dans sa pein­ture un ocre inexistant jusque-là, tandis qu’un rouge disparaît », s’est souvenu son fils, Joël-Jim. Le peintre s’investit dans la vie de la cité landernéenne, réalisant notam­ment les décors d’une pièce, « L’Ar­lésienne », jouée à Landerneau, Morlaix et Daoulas au profit des pri­sonniers.

Puis ce fut Marseille pendant deux ans comme professeur à l’éco­le des PTT et le retour en Bretagne. Nantes d’abord, Brest ensuite et des années de maturité artistiques, marquées par de nombreuses expo­sitions, les illustrations de l’histoi­re en bande dessinée de Brest, Quimper, Marion du Faouët, les diaporamas de la Tour Tanguy… Sa mort est survenue le 21 mai 1971.

Share

René Yves Creston, rarissime oeuvre de la création Seiz Breur!

Rarissime plat de l’un des fondateurs du mouvement Seiz Breur (Sept Frères), René-Yves Creston (1898-1964), en faïence polychrome de 1925.

Ce plat édité par la faïencerie Henriot à Quimper à très peu d’exemplaires, est intitulé « Le Terrien » au revers; il s’agit de la figure de l’homme de « Guen-Ménez ». Il mesure 30cm de diamètre. (Vendu-Sold)

René Yves Creston

René Yves Creston

En 1923,  René-Yves Creston, sa femme Suzanne et Jeanne Malivel fondent l’Union des Sept Frères (Unvaniezh Seiz Breur) réunissant quelques dizaines d’artistes bretons de plusieurs disciplines voulant créer pour le plus grand renom de la Bretagne.

Véritable coordinateur du mouvement, René-Yves Creston passe de la gravure sur bois à l’aquarelle ou à l’huile, travaille pour Henriot à Quimper, puis devient sculpteur.

En 1927, en collaboration avec le sculpteur Jules-Charles Le Bozec (1898-1973), encore élève aux Beaux-Arts, il dessine les costumes de trois pièces de théâtre : Ar C’hornandoned (Les Korrigans) de Job Le Bayon, Tog Jani (Le chapeau de Jeanne) d’Yves Le Moal, et Lina de Roparz Hemon, dont la première représentation a lieu en janvier 1927.

Il écrit dans Breiz Atao et aide à la parution des revues d’art Kornog (Occident) et Keltia. Il passe de la gravure sur bois à l’aquarelle ou à peinture à l’huile, travaille pour les faïenciers quimpérois, puis devient sculpteur. On lui doit une sculpture de Nominoë. Il illustre le livre Kan da Gornog de Youenn Drezen, pour lequel il crée une nouvelle typographie. En 1926, René-Yves Creston a encore laissé des illustrations gravées sur bois pour La Brière d’Alphonse de Châteaubriant.

Share