Joseph Milner-Kite, un Anglais en Bretagne!

Milner-Kite

Joseph MILNER-KITE (1862-1946)
« Bigoudènes au miroir » ou « Two girls of Pont l’Abbe », 1902
Huile sur toile, signée et datée en bas et à gauche, 125x90cm
Œuvre exposée à différents salons: Carnegie Institute (Pittsburgh), Paris, Royal Birmingham Society of Art
Disponible-Available

Né à Taunton, près de Londres, Joseph Milner-Kite a passé à Paris la majeure partie de sa vie et il est une des figures centrales de la colonie artistique à Pont-Aven et Concarneau à la fin du XIXe siècle. Sa peinture lumineuse a influencé les jeunes artistes anglais et irlandais séjournant en Bretagne.

Élève de Bougereau et de Jean-Paul Laurens à l’Académie Julian à partir de 1883, où il va rencontrer l’Irlandais Roderic O’Conor qui devient son meilleur ami, ainsi que John Lavery.

Il part travailler avec O’Conor, en 1886, à Pont-Aven où il rencontre Gauguin et Émile Bernard. Mais il n’adopte pas la technique de synthèse et les grands aplats du cloisonnisme. A la fin des années 1880, il expose des paysages de Pont-Aven et d’autres sujets bretons au Salon à Paris et souvent à Londres à la Royal Academy, mais aussi à Liverpool, Manchester, Birmingham, ainsi qu’au Carnegie Institute de Pittsburgh et en Allemagne.

« De 1894 à 1914 et de 1921 à 1938 il expose presque chaque année des œuvres inspirées par Concarneau principalement à ses débuts… A début du XXe siècle, il passe la plupart de son temps à Concarneau dont plusieurs hivers. Il peint des motifs du port et des scènes de marché, des fêtes et des sujets religieux… Les plus caractéristiques de Milner-Kite sont ses petites études impressionnistes d’enfants bretons…«  Dr Julian Campbell, extraits.

C’est dans une pâte riche et dans des compositions bien organisées qu’il traite ses sujets.

Bibliographie:

  • Dictionnaire des peintres, Bénézit, Ed Gründ, 1999, Tome VII, p.829
  • Dictionnaire des Petits Maîtres de la Peinture, G.Schurr, Ed Amateur, 1996, p.49
  • Peintres Britanniques en Bretagne, catalogue d’exposition, Musée de Pont-Aven, 2004
  • La Route des peintres en Cornouaille, René Le Bihan, Ed Palantines, 2005
Share

Hirschfeld, un peintre russe en Bretagne!

Hirschfeld
Emil-Benediktoff Hirschfeld (1877-1922), soleil couchant, c.1900
huile sur toile, signée en bas et à gauche, 54 x 72cm
Vendu-Sold

Emil-Benediktoff Hirschfeld est né à Odessa en 1877. Il vint à Paris où il fréquenta l’atelier de William Bougereau et ceux de Tony Robert-Fleury et Jules Lefebvre, à l’académie Julian.

En 1891, Hirschfeld se rend à Concarneau, port de pêche finistérien déjà fréquenté par les peintres: « Ce qu’est Capri en Italie, Newlyn en Cornouailles, Concarneau l’est en Bretagne », écrivait en 1904 un chroniqueur de The Studio, qui présentait la petite colonie d’artistes. L’artiste y trouva un havre dans lequel il s’établit définitivement.

Après 1900, son choix se porte sur les études atmosphériques et luministes du port et de la mer, observés depuis le bassin et le quai de Concarneau. Dès 1905, les sujets d’Hirschfeld furent la mer, le port, la flottille des barques, les noirs sardiniers aux voiles brunes et aux filets bleus, les beaux thoniers multicolores, y apportant « une bonne odeur d’algues, de goudron et de grève » indiquait Gustave Kahn (extrait de la préface du catalogue d’exposition à la galerie Vivien à Paris, du 22 avril au 7 mai 1914).

Plus que le plein soleil, Hirschfeld montre une prédilection pour la tombée du jour, ses effets de contre-jour sur les silhouettes des bateaux et de reflet doré sur la crête des vagues.

Au début de son installation à Concarneau, Hirschfeld vécut chez l’habitant, prenant pension à l’Hôtel de France où se côtoyaient les peintres et où avait élu domicile l’Américain Charles Fromuth. L’artiste se lia plus spécialement aux deux « piliers » du groupe pictural concarnois, Théophile Deyrolle (1844-1923) et Alfred Guillou (1844-1926).

Vers 1904 arrivait dans cette petite colonie la Viennoise Emmy Leuze (Vienne 1884 – Concarneau 1976), que l’artiste Hirschfled épouse en 1905. Ils vécurent dans un pavillon qu’ils firent construire, à Ker Loar, à l’angle de la rue du Docteur Calmette. Dans le cimetière de Concarneau, une haute croix orthodoxe signale la tombe des deux artistes.

Bibliographie:

  • Peintres Russes en Bretagne, catalogue d’exposition Musée départemental breton, Quimper, 2006
  • Les Peintres réalistes russes en France (1860-1950), T. Mojenok, Paris, La Sorbonne, 2003
Share

Des peintres de la Bretagne à la galerie Brugal de Pont l’Abbé.

Henri Rivière
Henri Rivière, l’île, 1898, lithographie en couleurs

La peinture bretonne s’expose, ce mois d’août, à la Galerie Brugal de la rue Burdeau à Pont l’Abbé.

Des œuvres représentatives parmi celles que laissent Jean Julien Lemordant, Henri Barnoin, Lucien Simon, Henri Rivière ou encore Mathurin Méheut. « Une exposition exceptionnelle », annonce Stéphane Brugal.

À l’occasion du 150e anniversaire de la naissance du peintre André Dauchez, qui vécut de 1870 à 1948 dans sa maison atelier de la Palue, à Loctudy, une sélection de ses huiles, dessins et eaux-fortes est également proposée.

Galerie Brugal, du mardi au samedi, 12, rue Burdeau. Contact : 06 89 15 56 55 ; www.brugal-antiquites.com

Article Ouest France 14 août 2020

Share

André Even, le peintre natif de Pont-Aven.

André Even
André Even, paysage vallonné,
huile sur toile, signée en bas et à gauche, 27x41cm
Vendu-Sold

André Even (1918-1997) passe sa jeunesse à Pont-Aven où il côtoie les différents peintres qui viennent chercher l’inspiration dans cette petite bourgade de caractère du Sud-Finistère.

Après sa scolarité, à 16 ans il s’engage dans la Marine à Lorient et il suit des études de mécanicien à l’école aéronavale de Rochefort-en-Terre. Mobilisé, André Even est basé à Cherbourg. A cette époque, sa foi religieuse se renforce, et après sa démobilisation, il passe du temps comme missionnaire et rejoint Monseigneur Lefèbvre.

En 1942, André Even part à Paris où il fait ses études dans l’atelier Souverbie, à l’Ecole Nationale des Beaux-Arts, puis entre dans l’atelier de Maurice Denis. Il trouve un travail au Ministère des Bâtiments et Monuments Historiques, engagé sur de nombreux chantiers de restauration après la guerre. Il se forme aux techniques de peintures anciennes et de fresques. Il revient en Bretagne au début des années 1950 où il va exécuter des peintures murales, notamment dans les églises de Névez (1950), Concarneau (1951), de Lorient (église Jeanne d’Arc), Rocleng-sur-Geer près de Liège (1955).

Revenant à Paris en 1955, il décide de se consacrer à une peinture que lui nomme « civile » autour de thèmes paysagers (paysage urbain de Paris ou champêtre de Pont-Aven).

Les sujets répétitifs d’André Even sont déclinés avec des dominantes colorées telles que le vert, le jaune et le rouge. Il a toujours accordé une importance à la fabrication de sa peinture à la manière d’un artisan et même mis au point une technique unique, une matière à base de cire vierge et de pigments colorés qui constitue aujourd’hui une des grandes originalités de son œuvre.

Marqué par l’Ecole de Pont-Aven, il simplifie les plans colorés, donnant un art tantôt pseudo-naïf, tantôt décoratif, qui se réalise notamment dans ses tapisseries.

Ses oeuvres sont présentes dans les musées: Brest, Pont-Aven, Tourcoing, Marseille, Vatican.

Bibliographie:

-Dictionnaire des Peintres, Bénézit, Ed Gründ, 1999

-Christian Dautel, André Even : Un peintre né à Pont-Aven, Bulletin Municipal du 3e trimestre, 1996

Share

Delecluse Eugène à la barre, témoin de la navigation à voile!

Eugène Delecluse pêcheur voile
Eugène Delecluse, « à la barre »,
huile sur toile, signée en bas et à droite, circa 1925, dimensions 72cm x 58cm
Vendu-Sold

Eugène Delecluse (Paris 1882 – 1972) est un peintre français et graveur à l’eau forte.

Elève de Fernand Cormon, Paul-Louis Delance, E. Renard et Charles-Albert Waltner, il participa au Salon des Artistes Français dès 1903, puis au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts en 1915.

La première guerre mondiale le conduit à la bataille de la Marne. Il  y réalise une série d’oeuvres dont certaines serviront au journal « l’Illustration ». Envoyé à Salonique avec l’armée d’Orient, le peintre trouve des sujets d’inspiration nouveaux dans ce voyage, durant cette première guerre balkanique.

Il a dirigé une Académie de peinture à Montparnasse. 

Eugène Delecluse fit de longs séjours en Bretagne, dans le Finistère et le Morbihan, notamment dans la Baie de Douarnenez, où il peignait souvent le travail des marins, l’arrivée des barques et des pêcheurs. La Bretagne et les activités maritimes, la lumière, tout contribue à Delecluse à s’adonner à ce grand art de la peinture sur le motif et à saisir les attitudes des marins dans leur vie quotidienne.

Ici, l’artiste semble être l’un des membres d’équipage de la chaloupe, observant le jeune matelot et le capitaine tenant la barre retenue sous les jambes.

Bibliographie:

  • Dictionnaire des peintres, Bénézit, Ed Gründ, 1999, Tome IV, p.398
Share