Michel Cadoret, tendance abstraite.

Michel Cadoret (Paris 1912 – 1985) fut un peintre de portraits, de natures mortes, de cartons de tapisseries, et illustrateur, de tendance abstraite.

Après des études dans l’atelier de Lucien Simon à l’Ecole des Beaux-Arts de Paris, entre 1929 et 1932, puis à celle des Arts Décoratifs de Düsseldorf, Michel Cadoret voyage en Egypte, en Amérique du Sud, aux Antilles.

De 1950 à 1953, Michel Cadoret passe trois ans au Mexique où il exécute des fresques, au village de Erongaricuaro. Il vécut tantôt à Paris, tantôt à New York et continuant à voyager, notamment en Amérique Latine.
Il a participé de 1934 à 1936 au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts de Paris; en 1939 au Salon des Tuileries; à partir de 1947 au Salon de Mai; aux Etats-Unis, en Allemagne, en Autriche. A partir de 1953, de nombreuses expositions personnelles à New York et Paris.
En 1959, l’artiste peint des cartons de tapisseries à New-York, Dallas, Caracas. Il a aussi illustré plusieurs ouvrages, notamment en 1960, La Passoire à conneries, avec ses amis Marcel Duchamp et Edgard Varèse.

Son expression, bien que se référant à un thème pris dans la réalité, tend vers une abstraction, inspirée de Klee, de Kandinsky, puis de Riopelle. Lorsqu’il partage son travail entre New York, le Mexique et Paris, sa manière devient non figurative, s’exprimant d’abord en de fines compositions linéaires, ensuite dans une écriture impulsive aux rythmes mélodiques ou syncopés.

Michel Cadorel

Michel Cadoret, composition,  technique mixte

Vendu-Sold

Bibliographie:
Dictionnaire des peintres, Bénézit, Ed Gründ, Tome III, p.91-92
Michel Cadoret, exposition rétrsopective, 1974, Saint-Germain-en-Laye
L’Ecole de Paris, 1945-1965, Dictionnaire des Peintres, Lydia Harambourg, Ides &Calendes

Share

Baroukh Ezekiel, abstraction d’après-guerre.

Ezekiel Baroukh (1909-1984) est un peintre d’origine égyptienne.

C’est en 1909, à l’académie des Beaux-Arts de Rome qu’il obtiendra ses diplômes, section peinture.

En 1934, de retour à Alexandrie en qualité de peintre professionnel, il crée un cours de dessin, exécute de nombreux portraits, paysages, natures mortes. Dès 1935, une exposition au Cercle Italien d’Alexandrie doublée d’une autre au Salon du Caire signale à l’attention la clarté d’exécution, atmosphère souvent étrange et le foisonnement de couleurs de ce jeune peintre à la recherche de l’expression de la vie sous toutes ses formes.

Poussé par l’évolution de sa propre peinture et le besoin de la confronter aux grands courants picturaux de l’après-guerre, Baroukh quitte Alexandrie pour Paris en 1946. Il s’engage dans la voie de l’Abstraction, fréquente les milieux artistiques de Paris. Il participe au Salon de Mai 1952 notamment avec André Lhote .

Ezekiel Baroukh

En 1954, c’est la période du Cubisme à la Géométrie Molle. Sa peinture évolue vers le Graphisme. La période Gestuelle Lyrique ou Abstraction lyrique qui va suivre comprend de très nombreuses gouaches, Baroukh est à ce moment-là en exclusivité Galerie St Germain. L’évolution se poursuit vers la Gestuelle Maîtrisée où le peintre n’utilisera que le noir et blanc pendant deux années.

Ezekiel Baroukh

Puis le besoin de la couleur se fait sentir à nouveau. Progressivement, Baroukh va se servir de plus en plus de couleurs fortes et de beaucoup de grands formats qui aboutiront à l’exposition en 1967 à la Galerie 9, rue des Beaux Arts. A partir de cette date commence une longue période troublée, témoignage de l’avance introspective de l’artiste qui rompt avec l’abstrait.

L’humain sera présent définitivement et l’un des principaux soucis du peintre sera d’intégrer dans ses tableaux les déformations issues de ces croquis.

Bibliographie:
Dictionnaire des Peintres, Bénézit, Ed Gründ,

Share