Elena Popea, une artiste roumaine en Bretagne!

elena popea
Elena Popea (Brasov 1879 – Bucarest 1941), jeunes bretonnes, c.1925,
huile sur carton, non signée, 13×11,5cm
Disponible-Available

Peintre roumaine, Elena Popea fait ses études à la Damenakademie de Munich, où elle étudie le portrait, le nu et le paysage, sous la direction des peintres Angelo Jank (1868-1940), membre fondateur de la « Sécession », et Jakob Jordan (1886-1947).

Elena Popea voyage beaucoup, participant avec beaucoup de succès aux expositions organisées en Roumanie et à l’étranger. Elle expose au Salon officiel de Paris (1923), au Salon des Indépendants (1924, 1926,1930), à l’Exposition d’art roumain ancien et moderne du musée du Jeu de Paume (1925), ainsi qu’à l’exposition « Les femmes artistes d’Europe » (1937).

Dès son premier séjour en France (1905-1910), elle devient l’élève de Lucien Simon, où Popea dirige son attention sur les portraits et les intérieurs. En 1918, elle s’établit à Paris, travaillant toujours dans l’entourage de Lucien Simon, adoptant une partie de la thématique bretonne chère à ce dernier. Entre 1918 et 1919, la Bretagne lui offre l’occasion de mener des expérimentations notamment sur la couleur.

Après l’ouverture de l’Académie de Montparnasse en 1922, elle rencontre André Lhote qui la familiarise avec le cubisme. Ses compositions deviennent dynamiques, parfois dramatiques, l’idée primant sur l’aspect formel.

Entre 1925 et 1938, Elena Popea revient périodiquement en Bretagne, région qui lui est chère. Les œuvres de cette période se caractérisent par la synthèse, la dynamique de la construction, la géométrisation des formes et un traitement presque sculptural à travers un chromatisme vibrant, intense d’origine expressionniste.

Bibliographie :

-« Peintres roumains en Bretagne », Catalogue d’exposition, Musée départemental breton de Quimper et Musée d’Art de Roumanie de Bucarest, Ed Palantines, 2009.

Share

Art Nouveau, l’oeuvre de Michel Simonidy

Michel Simonidy, connu sous le pseudonyme de Sim, né Mihail Simonidi le à Bucarest et mort en 1933 à Paris, est un peintre, illustrateur, décorateur et affichiste roumain, un des représentants de l’Art nouveau.

Dans ce splendide dessin, Michel Simonidy nous montre toute l’influence des mouvements d’avant-garde, des courants Nabis et du Symbolisme de la fin du XIXème siècle.

« Devant la fenêtre », dessin au fusain et crayons, 50x37cm

Vendu-Sold

Michel Simonidy

Michel Simonidy vint à Paris à la fin du XIXème siècle, et il fut l’élève de Léon Bonnat à l’école des Beaux-Arts. Il participe rapidement aux salons des Artistes Français et aux Expositions Universelles de cette fin de siècle.

L’artiste est issu d’une famille grecque établie en Munténie. Né en 1870, il est baptisé avec un nom grec, Ménélas, mais est appelé d’un prénom roumain, Mihail, puis après qu’il s’est établi à Paris, il francise son prénom en Michel.

Simonidy affectionne les images raffinées, symbolistes, avec un penchant pour l’allégorie.

Peintre de genre et de nus, il fut élève de Léon Bonnat, Ferdinand Humbert et Gabriel Ferrier. Il figura aux Expositions de Paris, reçut une mention honorable à l’exposition universelle de Paris de 1889 et une médaille d’argent à l’exposition universelle de 1900. Il expose au Salon de la Société nationale des beaux-arts de 1908 à 1912.

Affichiste, il a composé entre autres pour Braun Clément et Cie photographes, La Bourboule et Le Figaro (série), Sarah Bernhardt dans Théodora (Victorien Sardou).

Il est ami de l’affichiste Pal et du peintre Désiré Lucas.

Représentant de l’Art Nouveau, Michel Simonidy affectionne les portraits raffinés, les images symbolistes, avec une prédilection pour l’allégorie.

Share