Emma Herland, artiste peintre de la vie des bretons.

Emma Herland
Emma Herland (Cherbourg 1855 – Quimper 1947)
La jeune cuisinière bretonne, huile sur toile, signée en bas et à droite, 35x27cm
Vendu-Sold

Emma Herland va faire sa carrière en Bretagne dans le Finistère qu’elle découvre lors de la mutation de son père, pharmacien de marine, à Brest.

Elle découvre et apprend la peinture auprès de Georges-Alexandre Fischer qui enseigne à le dessin à l’Ecole Navale de Brest, puis auprès de Benjamin Constant et de Jules Lefebvre à l’Académie Julian en 1887-1888, à Paris. Emma Herland débute au Salon en 1879 et très vite parvient à vivre de sa peinture. Elle y exposera jusqu’en 1920.

En 1884, elle emménage à Concarneau, elle habite place de la mairie, puis quai d’aiguillon et villa Kerael sur la corniche. Vers 1920, elle quitte Concarneau pour habiter Quimper où elle achète une maison au 13 rue Pen ar Steir. C’est une des personnalités de la ville. Depuis 1914, elle est membre de la commission du musée. En 1922, elle postule au poste de Conservateur, mais à l’époque si on accepte bien volontiers que les femmes artistes aient leurs places dans les musées ou les expositions, ce n’est pas encore le cas pour les postes à responsabilité.

L’inspiration artistique d’Emma Herland est presque entièrement bretonne, très attentive aux traditions. Son œuvre est caractérisée par un travail centré sur la vie des bretons, les marines, les costumes, les intérieurs. Son succès est grandissant jusqu’en 1914, car après la guerre l’arrivée des avant-gardistes contemporains va bousculer les goûts, mais elle va continuer à conserver son style à la fois réaliste et figuratif. Présente dans de nombreux salons, elle représente à merveille les traditions, les costumes, les intérieurs, les extérieurs, les métiers ou la vie quotidienne en Bretagne.

Musées: Quimper, Laval, Morlaix, Saint-Brieuc, Château de Vitré

Bibliographie:

Emma Herland, femme peintre en Bretagne, [catalogue d’exposition], Musée de Pont-Aven, 2009.

 -Denise Delouche, « Emma Herland, peintre en Bretagne (1855-1947) », in Mémoires de la société d’histoire et d’archéologie de Bretagne. SHAB, Vol. 77, 1999.

Share

Théophile Deyrolle, un académique à Concarneau.

Théophile Deyrolle, jeune bretonne à la cruche, c.1900
huile sur panneau, signée en bas et à droite, 36,5 x 23,5cm
Vendu-Sold

Théophile Deyrolle (1844-1923) étudie l’architecture puis entre à l’École des beaux-arts de Paris dans l’atelier d’Alexandre Cabanel en 1867, suite à la recommandation de son ami Alfred Guillou (1844-1926), peintre originaire de Concarneau.

Théophile Deyrolle est devenu breton de coeur et concarnois d’adoption, en épousant Suzanne Guillou, la sœur de son ami Alfred Guillou. Avec ce dernier, il est considéré comme le fondateur de l’École de Concarneau.

Attiré par la vie du port et les métiers de la mer, il devient mareyeur, s’occupant avec son épouse de la maison de commerce Deyrolle-Guillou; il n’est « artiste-peintre » que l’après-midi. L’activité de Théophile Deyrolle devient débordante: il a quelques élèves un plus de ses occupations professionnelles et artistiques; il fait construire en 1904 l’Atlantic Hôtel, en assure la gérance, et réalise même des toiles décoratives pour la salle à manger; il est encore affichiste, céramiste pour la faïencerie de la Grande Maison HB de Quimper, et conservateur du domaine de Keriolet où il est crée un département de costumes bretons.

Ses sujets picturaux favoris tournent autour de la vie portuaire. Il réalise des panneaux décoratifs pour divers hôtels de la région, le manoir de Kérazan et le hall du musée des Beaux-Arts de Quimper, des portraits, de nombreux paysages, des scènes pastorales.

Bibliographie:

-Dictionnaire des peintres, Bénézit, Ed Gründ, 1999

-La Route des peintres en Cornouaille, 1998, Quimper

Share

Louis Garin, un bel artiste de la Bretagne.

Louis Garin (1888-1959), Printemps en Bretagne, 1924
gouache, signée, titrée « les nourrissons » et datée, 26×24,5cm
Vendu-Sold

Louis Garin, né dans une famille modeste, doit très tôt partir travailler avec son père cheminot à la Compagnie des Chemins de Fer, jusqu’en 1935. Sa passion pour le dessin et sa facilité d’exécution le poussent à s’inscrire aux cours du soir de l’École régionale des Beaux-Arts de Rennes. Ce quasi autodidacte peint à ses heures de loisirs. Illustrateur et peintre de paysages et de sujets lyriques, il ne peint que la région bretonne. En 1922, il expose au Salon de la Société nationale des Beaux-Arts. Il se plaît autant à représenter la vie quotidienne de ses contemporains que les fêtes traditionnelles ou populaires. Entre 1928 et 1938 il travaille à Quimper pour la Grande Maison de la Hubaudière, dite « HB »,avec René Quillivic et d’autres peintres bretons notamment pour la marque Odetta ( Les Ateliers de l’Odet).

Il laisse son empreinte de décorateur de talent dans de nombreux établissements civils ou religieux. Comme Mathurin Méheut, Jean Dupas, Lalique, Jean Dunand, Louis Dejean, il participe à la décoration de la salle de jeux de la classe tourisme du Normandie, en 1935. Il quitte son emploi de cheminot pour devenir peintre à temps complet, après avoir reçu la commande de la décoration de l’église Sainte-Thérèse de Rennes. Il fait le décor du pavillon breton de l’Exposition internationale de Paris de 1937. Pendant la Seconde Guerre mondiale il a trouvé refuge à Landavran ou il peint les murs de l’église. Il fit également de nombreux décors de restaurants: Le Menach à Le Bono, Hôtel Du Guesclin à Rennes (Le Chemin du Pardon, la Rivière, la Danse, la Chanson du Cidre), Manche-Océan à Vannes, bar de l’hôtel Bellevue à Trébeurden, ainsi que dans quelques églises. Il travailla aussi pour la faïencerie de Sarreguemines ou il réalisa des services de table à décors bretons.

Il produisit de nombreuses peintures, telles que le Mois de Marie, exposée au Salon de La Nationale à Paris en 1922 – 1923 L’Enterrement à Penmarc’h ; La route goudronnée (Musée des Beaux-Arts de Rennes) – 1932 Un jour de Pardon, Le Défilé ( Musée des Beaux-Arts de Rennes). Il illustre en 1925 la Chanson du Cidre de Frédéric Le Guyader, La Bretagne Touristique. Il réalise des fresques  : 1935, à l’église Sainte-Thérèse de Rennes; 1940, à l’église de Landavran; Les Vénètes à la salle du Conseil municipal de Vannes.

Share

Charles Fromuth, peintre américain, concarnois d’adoption!

charles fromuth
Charles Fromuth, les barques au port, 1899
dessin au pastel, signé en bas et à droite, monogrammé et daté « July 25-99 »
en bas et à gauche, 43x31cm.
Disponible-Available

Charles Fromuth (1866-1937) est décrit comme l’un des artistes les plus attachés à la vie du port de Concarneau. Formé à l’Ecole des Beaux-Arts de Philadelphie, il arrive à Concarneau en 1890 et ne quittera jamais la ville.

Installé à l’Hôtel de France et travaillant dans son atelier, avenue Lay, il passera 47 ans à étudier le port, les côtes environnantes et à dessiner avec ferveur, la dynamique des bateaux, le mouvement de la mer et des nuages, la lumière du ciel, cherchant à saisir « l’humanité atmosphérique » qui lui était si chère.

A partir de 1895, suite au succès de ses dessins, il abandonne l’huile pour se consacrer au pastel et fusain affirmant alors: « je considère mes pastels comme de véritables ôdes au climat breton« . En 1900, il découvre Hokusaï et l’art japonais qui marqueront définitivement son oeuvre. Il exposera en Europe jusqu’en 1910 et recevra plusieurs médailles et titres honorifiques.

Cet artiste de talent sera exposé en 1989 par le musée de Pont-Aven et en 2004 par le musée de la pêche de Concarneau. Certains de ses travaux ont aujourd’hui trouvé place dans les collections publiques nationales et internationales. Charles Fromuth restera à Concarneau jusqu’à sa mort en 937, laissant une oeuvre forte, résolument moderne frôlant parfois l’abstraction.

Share

Lucien Victor Delpy, Concarneau son port d’attache.

Lucien Victor Delpy
Lucien Victor Delpy, Quais animés à Concarneau, 1936
gouache contrecollée sur carton, signée, située et datée en bas et à droite, 48,5×63,5cm
Vendu-Sold

Lucien Victor Delpy (Paris 1898 – Lorient 1967)

Delpy est admis le 14 novembre 1914 à l’École nationale supérieure des beaux-arts dans les ateliers de Fernand Cormon, d’Émile Renard et de Jean-Pierre Laurens, puis il étudie auprès de Charles Fouqueray. Il installe son atelier à Montparnasse en 1923.

Il s’engage comme volontaire en 1917 jusqu’en octobre 1919 puis il revient à l’atelier Cormon.

Il découvre la Bretagne en 1924.

Lucien Victor Delpy est médaille d’argent et titulaire du prix Paul Liot au Salon des artistes français de 1927. Il reçoit le prix Dumoulin pour l’Algérie de la Société coloniale des artistes français en 1928, et est nommé peintre de la Marine en 1931, année où il reçoit également le grand prix de la Ville de Paris pour l’Afrique du Nord.

Il est envoyé en mission sur le front à Dunkerque en 1940, puis à Cherbourg. On le retrouve en mission avec l’Armée Rhin et Danube en 1945, année où il est nommé peintre aux armées.

Lucien Victor Delpy embarque en mission Toulon-Saigon en 1950. L’artiste sera également envoyé en mission comme peintre militaire en Algérie française en 1958 avec les fusiliers marins dans l’Oranais et à Nemours (aujourd’hui Ghazaouet).

Le peintre reçoit le prix des paysagistes français en 1946 et le prix Corot en 1947. Il est nommé chevalier de la Légion d’honneur en mars 1954.

Bibliographie:

Dictionnaire des peintres, Bénézit, Ed Gründ, 1999,

La Route des peintres en Cornouaille, 1998, Quimper

Share