Antonio Berni, le grand peintre argentin à Paris!

Antonio Berni
Antonio Berni, Nu allongé, portrait présumé de Graciela Amor
Huile sur toile, signée en bas et à droite, 27 x 46cm
Vendu-Sold

Antonio Berni est né en 1905 à Rosario. Les talents artistiques du jeune Berni sont vite remarqués : il commence sa carrière professionnelle dans l’atelier de Fornells, atelier de fabrication de vitraux polychromés.

A 20 ans, il obtient une bourse pour aller se perfectionner en Europe. Il se rend en Espagne, à Ségovie, Tolède et Cordoue, où il découvre les oeuvres des grands maîtres espagnols comme Le Gréco ou Goya. En 1926, il se trouve à Paris, où il découvre les mouvements avant-gardistes. Il va intégrer les ateliers d’André Lhote et de Othon Freisz. En 1929, il se lie avec Louis Aragon et le mouvement surréaliste, qui va être un tournant dans sa carrière d’artiste. En 1930, il rentre définitivement à Rosario, et il va exposer à plusieurs reprises notamment à Buenos Aires, des oeuvres influencées par le Surréalisme.

A cette époque, ses oeuvres sont empreintes d’un fort message politique en ces temps de crise, dénonçant l’injustice sociale, notamment à travers de grandes fresques murales. En 1933, il est nommé directeur de la Mutuelle des artistes plasticiens de Rosario. Cette même année, il est à l’initiative de la création du Nouveau Réalisme en Argentine, et de celle de l’école des Beaux-Arts de la Province, qui verra le jour en 1935, et où il enseignera jusqu’en 1946. Il voyage en Amérique Latine pour mieux comprendre les différentes réalités sociales.

Il va exposer dans différentes capitales européennes à la fin des années 1950, et il va créer deux personnages qui seront les symboles de la souffrance et des pressions sociales de l’époque sur les calsses populaires et les femmes: Juanito Laguna, un petit garçon qui vit dans la banlieue de Buenos Aires au milieu des déchets, et Ramona Montiel, une prostituée des beaux quartiers. Pour représenter leur misère et la rendre plus palpable, Antonio Berni utilise tous type de matériaux recyclés trouvés dans les marchés aux puces ou les poubelles, et constituera ainsi des collages et des photomontages.

Antonio Berni aura exposé partout dans le monde, galeries et musées. Il meurt à Buenos Aires en 1981, à l’âge de 76 ans.

Ce tableau est à rapprocher à celui représentant Graciela Amor, nu couché au corps blafard horizontal sur une plage, avec mer d’un bleu nuancé de vert et ciel d’un bleu profond barré de noir.

Share