La Bretagne côtière de Lucien Victor Delpy.

Lucien Victor Delpy marine Concarneau
Lucien Victor Delpy, côte bretonne,
huile sur toile, signée en bas et à gauche, 22x27cm
Vendu-Sold

Lucien Victor DELPY (Paris 1898 – Lorient 1967)

Il est admis le 14 novembre 1914 à l’École nationale supérieure des beaux-arts dans les ateliers de Fernand Cormon, d’Émile Renard et de Jean-Pierre Laurens, puis il étudie auprès de Charles Fouqueray. Il installe son atelier à Montparnasse en 1923.

Il s’engage comme volontaire en 1917 jusqu’en octobre 1919 puis il revient à l’atelier Cormon.

Il découvre la Bretagne en 1924.

Lucien-Victor Delpy est médaille d’argent et titulaire du prix Paul Liot au Salon des artistes français de 1927. Il reçoit le prix Dumoulin pour l’Algérie de la Société coloniale des artistes français en 1928, et est nommé peintre de la Marine en 1931, année où il reçoit également le grand prix de la Ville de Paris pour l’Afrique du Nord.

Il est envoyé en mission sur le front à Dunkerque en 1940, puis à Cherbourg. On le retrouve en mission avec l’Armée Rhin et Danube en 1945, année où il est nommé peintre aux armées.

Delpy embarque en mission Toulon-Saigon en 1950. Lucien-Victor Delpy sera également envoyé en mission comme peintre militaire en Algérie française en 1958 avec les fusiliers marins dans l’Oranais et à Nemours (aujourd’hui Ghazaouet).

Delpy reçoit le prix des paysagistes français en 1946 et le prix Corot en 1947. Il est nommé chevalier de la Légion d’honneur en mars 1954.

Bibliographie:

Dictionnaire des peintres, Bénézit, Ed Gründ, 1999,

La Route des peintres en Cornouaille, 1998, Quimper

 

 

Share

Léopold Pascal, peintre de la Marine!

Léopold Pascal peintre de la mer
Léopold Pascal (1900-1958), marine,
huile sur toile, signée en bas et à droite, c.1930, 55cm x 38cm
Vendu-Sold

Artiste indépendant, Léopold Pascal fera preuve d’un attachement sans faille à la Bretagne. Originaire de Morlaix, Léopold Pascal fait passer le grand vent du large dans cette peinture.

« Léopold Pascal a su mettre de l’air dans ses marines, imprégnées d’embruns, nous montrant la mer sous son vrai visage, tantôt calme, tantôt terrible, souriant aux radieux matins ensoleillés, grondant sous un ciel noir de tempête », voilà quelques phrases reprises au critique d’art André Warnod en 1922, suite à sa première exposition à la galerie Reitlinger.

Installé à Montmartre entre les deux-guerres, Léopold Pascal revient fidèlement en Bretagne, et plus particuliérement à Saint-Jean-du-Doigt. Il exposera à la galerie Saluden à Brest à partir de 1926, et ce jusqu’à sa disparition. Outre les grandes expositions dans les principales galeries parisiennes, il participera au Salon des Tuileries, au Salon d’Automne, au Salon des Indépendants. Léopold Pascal exposera aux côtés de Lucien-Victor Delpy, Yvonne Jean-Haffen, André Devambez.

L’artiste rejoint la France Libre, s’embarquant pour l’Angleterre avec ses fils le 19 juillet 1940, et devient en août 1942, correspondant de guerre pour la FNFL (Forces Navales de la France Libre). Léopold Pascal sera le seul peintre autorisé à signer ses oeuvres de l’ancre de marine à la croix de Lorraine. Il rencontre Charles de Gaulle et Winston Churchill et l’on trouve alors ses illustrations dans Sao Breiz, la revue éditée à Londres par l’association Sao Breiz evit ar vro Gallek (Debout, Bretagne, pour la France) d’Antoine Vourc’h, de même qu’il réalise des fresques murales au château écossais de Wemyss et dans les bases navales ou foyers du marin des F.N.F.L. à Greenock, Glasgow, Londres et Portsmouth.

Il va s’établir à Chelsea, où il y restera après la fin de la guerre, avec l’artiste peintre Lucette Burgaud de la Fougère (1921-2010) qui restera sa compagne jusqu’à la fin, à Chelsea, devenant membre et président de la Chelsea Art Society, la Tamise constituant alors le thème majeur de son œuvre.travaillant en Angleterre et exposant à Londres où il rencontrera un certain succès. 

 Nommé peintre officiel de la Marine en 1945.

Share