Mathurin Méheut, le grand illustrateur des classiques!

Mathurin Méheut Raboliot
Mathurin Méheut, menu du 5 avril 1926,
gouache sur papier,
signée du monogramme en haut et à droite,
dédicacée en bas et à droite, 31cm x 21cm
Vendu-Sold

Mathurin Méheut fut un artiste aux multiples facettes, et voici une fois de plus un bel exemple de ses qualités artistiques où le moindre thème devient objet d’art.

Cette illustration a été faite et dédicacée à Mme Balichon, grand-mère de Maurice Genevoix, qui habitait sur les bords de l’étang des Clouzioux. Mathurin Méheut en remerciement de l’accueil reçu, a exécuté cette illustration sous la forme d’un menu, probablement celui autour duquel il a fait connaissance de la famille maternelle de Maurice Genevoix.

Mathurin Méheut fait référence dans cette oeuvre à l’étang de Clouzioux, qui se trouve sur la commune de Brinon-sur-Sauldre, en Sologne.

C’est en 1926 que l’artiste séjourne en Sologne, afin de s’imprégner des paysages, car on lui a passé commande l’illustration du Prix Goncourt 1925, à savoir, « Raboliot » de Maurice Genevoix, où l’écrivain évoque et exalte la vie libre d’un braconnier de Sologne. L’édition du livre de Maurice Genevoix illustré par Mathurin Méheut se fera par le Cercle Parisien du Livre en 1927, où les illustrations de Mathurin Méheut seront gravées sur bois par Georges Beltrand (tirage à 132 exemplaires numérotés).

L’illustration d’ouvrages. Le premier est paru en 1923, c’est Le gardien du feu d’Anatole Le Braz. En fait les dessins seuls sont l’œuvre de Méheut, c’est Louis Joseph Soulas qui les a gravés. En 1925, le même duo, chez l’éditeur Mornay,  illustre La Brière, le célèbre roman d’Alphonse de Châteaubriant qui connut le plus fort tirage de l’entre-deux guerres. On y sent le plaisir ressenti par Méheut pour représenter ce terroir marécageux avec ses tourbières, sa flore, sa faune et les durs travaux  de ses habitants. Une édition rare, elle fut tirée à 1.100 exemplaires, qui est toujours recherchée par les bibliophiles. Une autre région attendra Méheut : la Sologne pour l’illustration de Raboliot de Maurice Genevoix en 1927, où il confie les interprétations en bois gravés à Georges Beltrand. Mathurin Méheut illustrera aussi de multiples ouvrages de dessins non gravés comme Mon frère Yves de Pierre Loti ou Les Croix de bois de Roland Dorgelès et des romans de Colette.

Bibliographie:
Dictionnaire des peintres, Bénézit, Ed Gründ, 1999, Tome IX, p.441
Mathurin Méheut, Ed Chasse Marée, 2001
Dictionnaire des peintres français de la mer et de la marine, JN.Marchand, 1997

Share