Xavier De Langlais et ses madones!

Xavier De Langlais (Sarzeau 1906 – Rennes 1975) fut peintre, graveur, illustrateur, écrivain et technicien de la peinture.

Après avoir suivi les cours des Beaux-Arts de Nantes et de Paris, Xavier De Langlais rentre en Bretagne pour toujours. Nommé professeur à l’école régionale des Beaux-Arts de Rennes à partir de 1948, Xavier de Langlais reçoit le Prix Blumenthal en 1939 et le prix de New-York en 1962. Commence une période de forte activité artistique: des décorations de chapelles (Lannion, La Baule, Etel, Saint-Brieuc, La Richardais près de Dinard: c’est la vogue de l’art sacré); des recherches sur la technique de la peinture (qui donnera lieu à l’édition en 1959 chez Flammarion d’un remarquable écrit: « La technique de la peinture à l’huile, de Van Eyck à nos jours »); une adhésion au mouvement des Seizh Breur (aux côtés de Creston, Malivel et de son ami l’architecte James Bouillé); des illustrations de revues bretonnes; des compositions à l’huile (portraits) et des céramiques…

Xavier de Langlais adhère au mouvement des Seizh Breur, en compagnie de René-Yves Creston, Malivel, Bouillé, Robin.
Peintre romantique, hanté par un type unique, le « type Langlais », type physique, légèrement asiatique, il le devait à sa grand-mère de Guermeur, originaire de Douarnenez. Celte, chrétien, la lumière qui tranfigure ses personnages est une lumière qui vient d’en haut.

Xavier De Langlais Xavier de Langlais

Xavier de Langlais, maternités,

paire d’huile sur toile, 61cm x 50,5cm

Vendu-Sold

L’univers de Xavier De Langlais est peuplé de personnages féminins aux traits un peu exotiques et aux yeux songeurs. Mais ses personnages témoignent d’une vie intérieure, d’un hommage à la femme éternelle. Citons Henri Terrière (critique d’art, journaliste à Ouest-France de 1945 à 1979): « Il en réalise la plénitude charnelle, tout en l’idéalisant avec une sorte de respect dans un inaltérable adoucissement de jeunesse et de beauté, en la purifiant par l’évocation lointaine d’un exotisme de rêve ou le nu même semble s’enrober de pudeur ». 

Share