Moreno Pincas, conversation.

Moreno Pincas (Bulgarie 1936) est un peintre de compositions à personnages, graveur, dessinateur, de tendance Expressionniste.

Arrivé en 1949 en Israël, de 1958 à 1960 il fut élève de l’Avni Art Institut de Tel-Aviv. 1960, Premier Prix de la Biennale des Jeunes Peintres au Museum of Modern Art de Haïfa et une bourse de l’America Israël Cultural Foundation pour des études à l’école des Beaux-Arts de Paris.
Moreno Pincas participe à de nombreuses expositions collectives: 1961 Biennale de Paris et Salon de la Jeune Peinture; 1969 Salon d’Automne; 1971 Salon de Mai; 1978 Salon Comparaisons; Nombreuses expositions personnelles depuis 1960 à Tel-Aviv, Paris, Buenos Aires, Italie, Anvers, Copenhague.
Qu’il peigne des musiciens, des femmes nues sur la plage, des commères devant l’étal du boucher, une fête de famille dans un restaurant, des couturières, la presse devant un buffet de cocktail: il a rarement le regard tendre. Il utilise des perspectives renversées, des sortes de cadrages cinématographiques, en plongées ou contre-plongées, qui déstabilisent notre perception de la scène, soit du dessus d’un regard qui écrase, soit ridiculement du dessous en espionnant par les pieds.
Le dessin est primordial, le trait est son scalpel de chirurgien de l’inavouable, des jalousies, des tares, des vices cachés. C’est une peinture qui appartient de plein droit au courant permanent de l’expressionnisme d’Europe Centrale, on pense à Georges Grosz, à Otto Dix, à Soutine, à Pascin aussi.

PINCAS Moreno aquarelle 21.5x27

Moreno Pincas, conversation,  dessin et aquarelle, 21,5cm x 27cm

Vendu-Sold

Bibliographie :
Dictionnaire de peintres , Benezit, Ed Gründ, 1999, Tome X, p.944
Catalogue de l’exposition, Gaeriel Granoff, Paris, 1989
Moreno Pincas  , Gérard Xuriguéra, Ramsay, Paris, 1991

Share

Mordecai Moreh, graveur.

Mordecai Moreh (Bagdad 1937) actif depuis 1951 en Israël, depuis 1962 actif en France, est un graveur animalier, de figures, et peintre.

Arrivé en 1951 en Israël, il a commencé ses études artistiques à l’Académie des Beaux-Arts « Bezabel » de Jérusalem (1955-1959). En 1960, il séjourne deux ans à Florence et poursuit sa formation à l’Académie des Beaux-Arts. En 1962, il s’établit à Paris où il suit l’enseignement des beaux-arts.

Moreh participe à de nombreuses expositions de groupe à Paris, Tel-Aviv, Haïfa, New York, Ottawa… Il figure aux Biennales de Paris, Bradford, Buenos Aires, Tokyo, Sao Paulo, Miami, Vienne, Amsterdam…Il montre ses oeuvres dans des expositions personnelles: Foire internationale d’art de Bâle en 1971, rétrospective au Kurpfalizsches Museum en 1972, rétrospective au Gütenberg Museum de Mayence en 1973, rétrospective au Israël Museum de Jérusalem en 1974…

Il connait toutes les techniques de l’estampe, celle qu’il maîtrise le plus est la pointe-sèche, son trait est vif, sa figuration réaliste. Il est le dompteur d’un bestiaire issu des mythes, des contes et des proverbes. Les gravures de Moreh semblent exprimer le fantastique, parfois l’atroce, pour dénoncer le grotesque. Moreh traite ce thème dans la descendance de l’expressionnisme.

Mordecai Moreh

Ses oeuves sont présentes dans les collections publiques: Israel Museum, Jerusalem – Tel-Aviv Museum – Museum of Modern Art, Haifa – Victoria & Albert Museum, London – Arts Council of Great Britain – Museum Boymans-van-Beuningen, Rotterdam – National Museum, Stockholm – Staatsgalerie, Stuttgart – Gutenberg Museum, Mainz – Kurpfalzisches Museum, Heidelberg – Museum of Fine Arts, Boston – Art Institute of Chicago – County Museum of Art, Los Angeles – Detroit Institute of Arts – Brooklyn Museum, New York – Bibliothèque Nationale, Paris – Bibliothèque Royale, Brussels – Biblioteca Nacional, Madrid – New York Public Library – The Library of the Congress, Washington – Plantin-Moretus Museum – Stedelijk Prentenkabinet. Antwerp – La Maison de la chasse et de la nature à Paris – Museum of contemporary Art à Chamalières – Yad Vashem-Art Museum, Jerusalem

Share

Reginald Weston, étoile filante de l’abstraction.

Reginald Weston est né en 1909 à Londres. Il n’a que six ans quand son père accepte un contrat que lui propose la Compagnie du Canal de Suez. La famille quitte l’Angleterre pour l’Egypte.  A l’âge de dix-sept ans, Reginald Weston vient à Paris pour la première fois, mais le séjour sera court: il part en Palestine en 1936 où il devient journaliste au Jérusalem Post tout en peignant à ses heures perdues.
En 1939, il expose à la Schlosser Gallery de Jérusalem. C’est la première véritable exposition d’art abstrait en Palestine, inscrivant Weston dans la mouvance avant-gardiste. Peu après, il accepte un poste de professeur de peinture à la Bezalel Art School où il enseigne jusqu ‘en 1947, date à laquelle il se décide à repartir en France. Weston s’installe définitivement à Paris, dans le quartier de Montparnasse où il côtoie d’autres artistes d’avant-gardes.
Dina Vierny accepte de l’exposer dans sa galerie dès 1948. Le succès est immédiat: l’artiste vend les deux-tiers des oeuvres présentées. Dès lors, les expositions vont se succéder en France aussi bien qu’à l’étranger. Les liens de Weston avec Israël ne se sont pas relachés pour autant: en 1955, la compagnie maritime israélienne Z.I.M. lui confie la décoration murale du paquebot Jérusalem. L’entreprise se révélant être un succès, quatre autres navires d’envergure vont lui être confiés, vastes chantiers qui l’occupent jusqu’en 1964. Ces travaux ne le détournent pas pour autant de la peinture ou du dessin de petit format sur support classique. Weston s’oriente vers des techniques mixtes sur papier, s’engageant dans un style dépouillé, semi-abstrait, plus lyrique que réaliste, dans la mouvance de Paul Klee. Si les premiers travaux de l’artiste sont teintés de sentimentalisme, les oeuvres abstraites de la maturité se signalent par leur harmonie, alliant délicatement la plastique aux coloris.

Reginald Weston disparaît prématurément en 1967.

Reginald Weston

« Composition », c.1955, collection Stéphane Brugal

Ses oeuvres sont présentes dans les musées : Musée d’Art Moderne de Tel-Aviv – Musée d’Israël à Jérusalem – Musée d’Art Moderne de New York (MOMA); ainsi que dans de nombreuses collections privées en France, aux Etats-Unis et en Israël, comme par exemple celles du baron Elie de Rothschild, de M. de la Rochefoucault, ou du musicien Isaac Stern.
Expositions de 1948 à 1960 :
Galerie Dina Vierny, musée Galliera, Paris – Galerie Stiebel, Paris – Galerie Bertagna, Paris – Redfern Gallery, Londres – Galerie Georges Giroux, Bruxelles – Temple of Aaron, Saint-Paul Minnesota, USA – F.A.R. Gallery, New York.

Exposition retrospective en 1963 au Tel-Aviv Museum of Modern Art et au Pavillon Helena Rubinstein à Tel-Aviv en 1963-1964. Exposition en 2006 à la galerie Annandale de Sydney. Exposition en 2007, Le Nautilus, Kérity-Penmarc’h. Exposition en 2009, Centre de Découverte Maritime, Penmarc’h. Exposition en 2012, Galerie Stéphane Brugal, Pont l’Abbé.

Share