Henri Delavallée, un graveur de race!

Henri Delavallée, La Tour Eiffel la nuit,  1892
vernis mou et aquatinte, signée et numérotée, 288mm x 218mm. Morane 42.
Cette planche a été présentée à la 4ème Exposition des Peintres-Graveurs Français en avril 1892, à la Galerie Durand-Ruel.
Vendu-Sold

Henri Delavallée (Reims 1862 – Pont-Aven 1943) est un des premiers peintres à s’installer à Pont-Aven dès 1881. Il s’inscrit à l’Ecole Nationale des Beaux-Arts et fut l’élève des plus célèbres peintres de l’époque : Carolus Durand, Henri Lehmann, Luc-Olivier Merson, Hébert.

Henri Delavallée était un ami de Georges Seurat, duquel il apprit les techniques du pointillisme. Il fréquentait Camille Pissarro. Paul Cézanne admirait ses peintures et ses paysages  » mangés de soleil « .
Il travaille en compagnie de Paul Signac. De rares oeuvres des années 1887-1891 témoignent de sa parfaite maîtrise. II fréquente aussi à cette époque Emile Jourdan et Armand Seguin. Henri Delavallée rencontre ainsi Paul Gauguin lors du premier passage de ce dernier à Pont Aven en 1886.
Il excelle dans la peinture à l’huile, mais reste un des meilleurs pastellistes du groupe. Il traite ce dernier médium comme la peinture à l’huile, utilisant des contrastes colorés et la touche pointilliste qui le caractérise pour composer ses paysages de Pont Aven.

Bibliographie:

L’oeuvre gravé d’Henri Delavallée, 1862-1943, par Daniel Morane, Musée de Pont-Aven, 1996.
-Dictionnaire des peintres, Bénézit, Ed Gründ
-L’impressionnisme dans l’école de Pont-Aven, Le Paul, Ed Bibliothèque des Arts

Share

Pierre Guastalla, un artiste complet!

Pierre Guastalla
Pierre Guastalla, Sainte-Marine, c.1950,
eau-forte, tirage 1/50, 32cm x 49,5cm

Vendu-Sold

Ingénieur de l’école centrale, Pierre Guastalla (1891-1968) fut à la fois peintre, graveur, écrivain et historien de l’art. En 1925, il crée avec ses amis le « Groupe des 11  » qui, lors de sa quatrième exposition à la Galerie Armand Drouant, en 1928, consacre une salle à la gravure, embryon de La Jeune Gravure contemporaine, avec Louis-Joseph Soulas, Léon Lang, André Jacquemin, Mily Possoz, Joseph Hecht.

L’année suivante a lieu à la Galerie Marcel Guiot la première exposition Les Jeunes Graveurs contemporains. C’est dans cette même galerie que Pierre Guastalla présentera sa première exposition particulière de gravures et de dessins en mai 1931. Il participe au Salon des Tuileries, au Salon des Indépendants et au Salon d’Automne et il expose dans le monde entier.
Pierre Guastalla organise aussi les expositions de La Jeune Gravure contemporaine en France et à l’étranger. Son oeuvre gravé comprend plus de six cents planches. Il a aussi illustré de nombreux ouvrages littéraires, d’auteurs anciens comme Clément Marot, Louise Labé ou Stendhal, et, parmi les modernes, Paul Valéry ou Jules Supervielle. D’importants musées conservent ses oeuvres.

Share

Mordecai Moreh, graveur.

Mordecai Moreh (Bagdad 1937) actif depuis 1951 en Israël, depuis 1962 actif en France, est un graveur animalier, de figures, et peintre.

Arrivé en 1951 en Israël, il a commencé ses études artistiques à l’Académie des Beaux-Arts « Bezabel » de Jérusalem (1955-1959). En 1960, il séjourne deux ans à Florence et poursuit sa formation à l’Académie des Beaux-Arts. En 1962, il s’établit à Paris où il suit l’enseignement des beaux-arts.

Moreh participe à de nombreuses expositions de groupe à Paris, Tel-Aviv, Haïfa, New York, Ottawa… Il figure aux Biennales de Paris, Bradford, Buenos Aires, Tokyo, Sao Paulo, Miami, Vienne, Amsterdam…Il montre ses oeuvres dans des expositions personnelles: Foire internationale d’art de Bâle en 1971, rétrospective au Kurpfalizsches Museum en 1972, rétrospective au Gütenberg Museum de Mayence en 1973, rétrospective au Israël Museum de Jérusalem en 1974…

Il connait toutes les techniques de l’estampe, celle qu’il maîtrise le plus est la pointe-sèche, son trait est vif, sa figuration réaliste. Il est le dompteur d’un bestiaire issu des mythes, des contes et des proverbes. Les gravures de Moreh semblent exprimer le fantastique, parfois l’atroce, pour dénoncer le grotesque. Moreh traite ce thème dans la descendance de l’expressionnisme.

Mordecai Moreh

Ses oeuves sont présentes dans les collections publiques: Israel Museum, Jerusalem – Tel-Aviv Museum – Museum of Modern Art, Haifa – Victoria & Albert Museum, London – Arts Council of Great Britain – Museum Boymans-van-Beuningen, Rotterdam – National Museum, Stockholm – Staatsgalerie, Stuttgart – Gutenberg Museum, Mainz – Kurpfalzisches Museum, Heidelberg – Museum of Fine Arts, Boston – Art Institute of Chicago – County Museum of Art, Los Angeles – Detroit Institute of Arts – Brooklyn Museum, New York – Bibliothèque Nationale, Paris – Bibliothèque Royale, Brussels – Biblioteca Nacional, Madrid – New York Public Library – The Library of the Congress, Washington – Plantin-Moretus Museum – Stedelijk Prentenkabinet. Antwerp – La Maison de la chasse et de la nature à Paris – Museum of contemporary Art à Chamalières – Yad Vashem-Art Museum, Jerusalem

Share