André Beaucé, un peintre dans la baie d’Audierne.

André Beaucé
André Beaucé, le petit port breton,
huile sur toile, signée en bas et à droite, 33x55cm
Vendu – Sold

André Beaucé (Rennes 1911 – Paris 1974) fut l’élève des Beaux-Arts de Rennes et de l’Ecole des Arts Décoratifs de Paris, il devint professeur de dessin jusqu’en 1950. André Beaucé fut l’élève aux ateliers d’André Lhote et de Simon, avec Yves Brayer. Il expose à la Nationale des Beaux-Arts en 1936 et 1945, puis régulièrement à partir de 1950 aux Salons Comparaisons et d’Automne. En 1946, il reçoit le 1er prix de la “Villa Abd El Tif” et obtient une bourse pour partir travailler deux ans en Algérie. Il expose dans les grands salons tant en France qu’à l’étranger où il est sollicité. Il donne de nombreuses conférences sur l’histoire de l’Art dont il est un expert reconnu.


Sa peinture est puissamment expressionniste, dégagée de tout système. On remarque dans les années 50 de vigoureux portraits, sans complaisance, intenses, saisis d’une façon presque caricaturale.
Les tons toujours très montés, y sont opposés avec force dans une composition taillée avec vigueur.
Après les années sombres de la guerre, l’art d’André Beaucé traduit une vision violente d’une certaine réalité toujours brutale et pourtant magnifique.

Il se déplace beaucoup en Bretagne, dans la région d’Audierne notamment, et en Provence. L’expression de son talent reconnaissable à l’utilisation de l’ombre et de la lumière en font un peintre accompli.

Bibliographie:

Dictionnaire des peintres, Bénézit, Ed Gründ, 1999, Tome I, p.923

Belle-Ile en Art, Belbeoch et Clifford, 1991

Share

La Galerie Brugal ferme à La Baule, et ouvre à Pont l’Abbé!

galerie brugal
Galerie Brugal, au 12 rue Burdeau, 29120 Pont l’Abbé
06 89 15 56 55
sv.brugal@sfr.fr

La Galerie Brugal vient de fermer le 31 mai 2020 son espace à La Baule, où elle était installée depuis le mois d’octobre 2018. Ces mois passés près de la Loire, de la côte sauvage et des marais salants, furent riches en rencontres et nouvelles découvertes. Ce n’est probablement qu’un au-revoir, car tant de choses encore à expérimenter et à savourer.

La Galerie Brugal va à nouveau ouvrir son espace dans la capitale du Pays Bigouden, à Pont l’Abbé, à partir du mois de juillet 2020. C’est un nouveau rendez-vous que la Galerie Brugal propose à tous les amateurs et collectionneurs de peintures des différents courants artistiques bretons. Depuis 2006, la Galerie Brugal est présente tous les étés dans l’une des plus belles régions où tant d’artistes se sont accordés pour apporter le meilleur d’eux-mêmes en hommage à la terre et aux hommes et femmes de ce pays!

La Galerie Brugal mettra en honneur cette année 2020 à Pont l’Abbé, l’une des plus belles collections de lithographies en couleur du grand artiste Henri Rivière (1864-1951). Ses séries aux titres évocateurs, La Féerie des heures, Paysages bretons, Aspects de la Nature, Au vent de noroît, Paysages parisiens, seront présentées à la galerie. Ses magnifiques planches tirées en 12 couleurs, témoignent de sa vision à la fois poétique et synthétique de la nature, nourrie par les paysages urbains de la capitale où il habite et les sites intemporels des côtes bretonnes qu’il arpente à la belle saison.

La Galerie Brugal est spécialisée dans les arts graphiques (peintures, dessins et estampes) des années 1880 à nos jours, et plus particulièrement des oeuvres des écoles bretonnes, mais aussi des céramiques d’artistes du XXème siècle. Expert pour l’oeuvre d’André Dauchez, Stéphane Brugal a rédigé et publié le catalogue raisonné de l’oeuvre gravé de l’artiste, « André Dauchez, 1870-1948, portraitiste de la Cornouaille », en juin 2018.

Expositions : 2020: « Weston & Weston, un duo de l’abastraction lyrique » – Une collection de peintures autour de la pêche à pied au XIXème siècle – 2019: « Gueules de mer » de l’artiste NiboR – 2018: André Dauchez, portraitiste de la Cornouaille, exposition de peintures, dessins et estampes – 2017: exposition des œuvres contemporaines de Bernard Baumesteir – 2016: Exposition des peintres de la Marine – 2015: « La Bretagne s’Affiche », exposition d’affiches anciennes de collection sur la Bretagne des années 1900 à 1960 – 2013: « Vagues et Déferlantes », exposition des gravures sur bois d’Eric Durant  – 2012: Exposition des oeuvres contemporaines de Jacques Ignazi – 2011: Exposition des monotypes de Michelle Boucard – 2010: « Les côtes de Bretagne », exposition des peintures de Roger Lucien Dufour – « En pays Bigouden », exposition d’oeuvres du peintre André Dauchez – 2009: « Sur les rives du pays Bigouden », exposition des oeuvres de Bruno Marrec, peintre de Concarneau – 2008: exposition des peintures d’Eugène Lambert, peintre de la Mer – 2007: exposition de l’oeuvre gravée du peintre André Dauchez et des oeuvres abstraites de Bruno Sogno, des années 1950 à 1970.

Share

Ernest Guérin, la réussite de l’imagerie bretonne.

ernest guérin sardiniers

Ernest GUERIN (Rennes 1887 – 1952)
Les sardiniers bretons,
Aquarelle, signée et titrée en bas et à droite, 27 x35cm

Vendu-Sold

Ernest Guérin fut élève de Lafont et Ronsin aux Beaux-Arts de Rennes. Il exposa à Paris au Salon des Artistes Français, dont il devint sociétaire et fut membre de la South Wales Society ; il fut également exposant de la Royal Cambrian Academy. Il obtint à l’École des Beaux-Arts en 1905 une médaille de vermeil, en 1906 le prix du Ministre, et en 1907 la médaille d’excellence.

Peintre et enlumineur, interprète des Bretons, de la mer, du Pays et de ses légendes. Anatole Le Braz voyait en lui l’interprète de la Bretagne pénétrée par la poésie de « l’autrefois ».

Artiste original, il pratique avec le même bonheur la gouache, l’aquarelle, l’enluminure et participe à de nombreux Salons. Très vite sa réputation grandit, par le caractère de son œuvre qui peint la rudesse de la vie, les coutumes des paysans bretons, les traditionnelles fêtes religieuses, et le caractère sauvage de la Bretagne au travers de ses paysages, son climat et ses atmosphères. Au côté de Mathurin Méheut, il témoigne des traditions de la vie villageoise, et de l’emprise des croyances religieuses sur le quotidien.
La peinture d’Ernest Guérin est marquée par une influence tardive du mouvement préraphaëlite. Ayant étudié les techniques de l’enluminure médiévale, il s’en est également inspiré dans son œuvre. À la fin de sa vie, son esthétisme se tourne vers une vision plus « taoïste » de l’univers pictural. Les paysages d’Ernest Guérin reflètent un art inspiré des œuvres japonaises et chinoises, mêlant petits personnages et horizons oppressants qui occupent la totalité de la composition.

Bibliographie :

  • Dictionnaire des peintres, Bénézit, Ed Gründ, 1999, Tome VI, p.536
  • La route des peintres en Cornouaille, 1850-1950, Groupement Touristique de Cornouaille, 1997
  • Ernest Guérin, Imagier Breton, musée des Beaux-Arts de Rennes, Ed du Carabe, 2001
Share

Charles Cottet, la nature sauvage du pays Bigouden.

Charles Cottet
Charles Cottet, Notre-Dame de la Joie par temps gris,
huile sur panneau, signée en bas et à droite,

Vendu-Sold

Charles Cottet (1863 – 1925) reçut des conseils de Puvis de Chavannes et de Roll; il prit part aux expositions impressionnistes que Le Barc de Bouteville organisait dans sa boutique de la rue Le Peletier. Il exposa pour la première fois au Salon en 1889. Il était déjà établit en Bretagne depuis quelque temps et y avait trouvé la forme picturale qui devait établir sa réputation. Médaille d’or en 1900 à l’Exposition Universelle. Il participa à la fondation de la Société Nationale des Beaux-Arts, puis en 1900 à la Société Nouvelle.

Charles Cottet possède une technique très savante et ses qualités de coloriste en font un peintre de tout premier ordre. Son goût pour les tons plombés et les harmonies sombres le fit considérer comme le chef de file du groupe de ceux que l’on nommait “la bande noire” avec Xavier Prinet et André Dauchez. En réaction contre l’impressionnisme, ils se référaient volontiers à Courbet et prônaient une peinture à contenu moral. Il a laissé surtout des paysages de Bretagne, d’un sentiment dramatique et peints dans une pâte épaisse.

Ses oeuvres sont présentes dans les musées: Alger – Anvers – Barcelone – Bordeaux – Bruxelles – Bucarest – Cincinnati – Dublin – Düsseldorf – Gand – Helsinki – Karlsruhe – Lille – Munich – Padoue – Paris (Musée d’Art Moderne , Petit Palais) – Philadelphie – Rome – Venise – Vienne…

Bibliographie:

Dictionnaire des peintres, Bénézit, Ed Gründ, Tome III, p.953

La route des peintres en Cornouaille, 1850-1950, Quimper, 1999

Share

Yves Alix, le cubiste bien tempéré!


Yves Alix, la vieille bretonne, 1946

eau-forte, signée en bas et à droite, numérotée en bas et à gauche, 18 x 24cm
Tirage à 46 épreuves pour La jeune gravure contemporaine.

Vendu-Sold

Yves Alix (Fontainebleau 1890 – Paris 1969) fut un peintre de portraits, de paysages, un graveur et un illustrateur, et décorateur de théâtre. Post-cubiste

Il fut élève de l’Académie Julian, puis de l’Ecole des Beaux-Arts. Il préféra s’inscrire à l’Académie Ranson où enseignaient Pierre Bonnard et Maurice Denis, et où il rencontre Edouard Vuillard, Karl-Xavier Roussel, Paul Sérusier. Il y devient lui-même professeur de dessin en 1918 et rencontre Charlotte Marchal qu’il épouse en 1919. Celle-ci créera en 1926 le Bureau international des arts français, auquel le peintre participe, et s’associera au début des années 1930 avec Louis Sognot en adhérant à l’Union des artistes modernes

Il a commencé à exposer en 1912 au Salon des Indépendants et au Salon d’Automne; puis au Salon des Tuileries et au Salon Comparaisons. Son oeuvre a fait l’objet de nombreuses expositions personnelles. Il a également peint de nombreuses décorations murales (Hôtels de Ville de Saint-Mandé, Poissy, Puteaux, le paquebot Normandie..), des décors de théâtre, des cartons de tapisserie.

Il fut influencé par André Lhote, cherchant ses motifs dans l’Oise, en Bretagne et en Provence. Il commence à graver en 1911 et anime avec Pierre Guastalla un groupe de 11 artistes, créé en 1925 et qui devient Les jeunes graveurs contemporains en 1929. Il réalise 116 estampes de 1911 à 1968.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il apporte son soutien à de jeunes artistes tels Gustave Singier, Alfred Manessier, Jean Bazaine et Jean Le Moal.

Touché par un cubisme bien tempéré, Alix fut un exemple caractéristique de l’Ecole de Paris de l’entre-deux-guerres.

Ses peintures sont conservées dans de nombreuses collections publiques à Paris au Musée National d’Art Moderne, au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, dans le Fonds National d’Art Contemporain, à Albi au Musée Toulouse-Lautrec, à Amiens, à Épinal, à La Rochelle, au Musée des Beaux-Arts de Lyon, à Orléans, à Pont-Aven, ainsi qu’à l’étranger à Alger, Djakarta, Moscou, Rabat, Riga, Skopje et Tokyo.

Bibliographie:

Dictionnaire des peintres, Bénézit, Ed Gründ,1999

Yves Alix, catalogue de l’oeuvre gravé, Les Amis d’Yves Alix, Saint-Tropez, 1997

Yves Alix, catalogue d’exposition, musée de Pont-Aven, 1994

Share