Roger Limouse et le Maroc.

Roger Limouse Rabat
Roger Limouse, maison de danse à Rabat,
huile sur toile, 50cm x 61cm

Vendu-Sold

Roger Marcel Limouse (Collo 1894 – 1990) entre en 1919 dans l’atelier de P.A. Laurens, à l’Académie Julian. C’est là qu’il se lia d’amitié avec Jules Cavaillès et Dunoyer de Segonzac. Il fut reçu en 1922 au concours de professorat des écoles de la Ville de Paris. Il obtint en 1933 le Prix des Vikings, visitant ainsi la Norvège.

Ayant le goût des voyages, Roger Limouse séjourna en Belgique et Hollande, mais surtout dans les pays méditerranéens, notamment au Maroc. Après la deuxième guerre mondiale, Roger Limouse retourne plusieurs fois au Maroc, d’où il rapporte des scènes populaires (cafés, marchés, exhibitions de danseurs ambulants), des scènes de défilés comme ce magnifique tableau représentant le sultan Ben Arafa se rendant à la prière dans sa calèche de cérémonie, des natures mortes, des oeuvres qui se caractérisent par des couleurs vives, et une expression forte et dépouillée.
Roger Limouse exposa avec les peintres de la Réalité poétique, notamment dans une exposition rétrospective en 1956, en compagnie de Maurice Brianchon, Christian Caillard, Jules Cavaillès, Raymond Legueult, Roland Oudot, André Planson et Costia Térechkovitch. Il expose à Paris aux Salons des Artistes Français, des Indépendants, d’Automne et des Tuileries.

 » Il y a dans la peinture une vérité supérieure, notait avec force Roger Limouse, qui n’est pas forcément pour cela une vérité décorative ou anecdotique. Il faut distinguer ce que le tableau représente de ce qu’il exprime le sujet n’étant qu’un prétexte, qu’un excitant pour le peintre. Le sentiment plastique préexistant est d’un ordre tellement général et si profond que le thème choisi importe peu. Rembrandt nous donne la même émotion en traitant un sujet biblique ou une nature morte. Un véritable artiste peut peindre n’importe quoi, à condition que l’objet, indifférent en soi, éveille en lui un sentiment plastique : l’objet ne compte que dans la mesure où il provoque l’enthousiasme nécessaire. « 

Roger Limouse

Roger Limouse dans son atelier, c.1940 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *