Roger Lucien Dufour, de Pont-Aven à Crozon, en passant par l’Ile de Sein.

Roger Lucien Dufour
Roger Lucien Dufour, le hameau breton,
huile sur toile, signée en bas et à droite,
Vendu-Sold

Roger Lucien Dufour, (Bordeaux 1918 – Crozon 2002).

Il participe à de nombreuses expositions collectives et personnelles depuis 1937, en France, et notamment en Bretagne où il s’est fixé en 1952. En 1992, il a montré cent peintures à Eschsur-Alzette au Luxembourg.

Surtout peintre de marines, il transmet sa vision de la mer, de la Bretagne à la Provence, avec la discrétion d’une gamme de gris et de bleutés.

Ce peintre, très connu en Presqu’île de Crozon, est arrivé dans cette partie du Bout du monde à la fin des années 60. Au cours de ses nombreux voyages, il a immortalisé les paysages et les personnes rencontrées. Il a exposé pour la première fois, à Bordeaux, au salon des artistes indépendants, en 1937. Il exposera aussi à Pont-Aven, entre 1957 et 1963. Roger Lucien Dufour découvre ensuite cette partie de Bretagne, Crozon, et s’y installe définitivement en 1991. Il a aussi participé à de nombreuses académies et associations de peintres et a été membre de l’Institut académique de Paris.

Roger Lucien Dufour, bordelais qui, dès son arrivée dans la cité de Pont-Aven en 1955, imaginait de transformer ce village en un  Saint-Trop’ breton.

C’est lui qui proposa à la faune locale  » branchée peinture », de créer un musée des beaux- arts. Parallèlement, il contacta le maire afin de mettre à la disposition des peintres deux salles d’expositions sommairement aménagées dans la cantine de l’école publique située au rez-de-chaussée sur rue de l’Hôtel de Ville.

Dès 1959, il exposera ses œuvres dans la salle des fêtes du rez-de-chaussée supérieur sur cour de la mairie. C’est également cette année-là que l’idée de la création de la « Société de Peinture de Pont-Aven » par quelques amateurs d’art éclairés fut abordée et immédiatement adoptée. 

Bibliographie:

Dictionnaires des peintres et des sculpteurs, Bénézit, Ed Gründ, 1999, Tome IV, p.816

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *