André Dauchez, la plage du Ris à Douarnenez!

André Dauchez va peindre dans les années 1920, cette grande huile sur toile de la plage du Ris à Douarnenez.

 

André Dauchez, Au-dessus de la plage du Ris, huile sur toile, signée en bas et à gauche, 73 x 92cm

Après avoir été exposé à Bruxelles, cette toile fut vendue à un industriel lors d’une exposition collective à Nantes.

Il existe une autre version plus petite de cette composition.

Peintre et graveur, stimulé et encouragé par son beau-frère l’artiste peintre Lucien Simon, André Dauchez puise son inspiration dans ces paysages des bords de mer et notamment la Bretagne dès 1894, s’installant en 1905 près de Loctudy.
Les paysages, landes, dunes, villages de pêcheurs, pélerinages, paysans et pêcheurs bretons, navires, furent ses motifs préférés.

André Dauchez débute au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts en 1894, dont il devint secrétaire en 1927 et président en remplacement de Forain. Il prit part à de nombreuses expositions à l’étranger: Pittsburgh (Institut Carnegie), Munich, Budapest, Bruxelles, Barcelone, etc…. Il obtint une médaille d’argent à l’Exposition Universelle de 1900. Il fut promu chevalier de la Légion d’Honneur en 1911, officier en 1932, membre de l’Institut en 1938.

André Dauchez fut nommé peintre officiel de la Marine le 9 août 1922. Marin dans l’âme, il a navigué sur ses propres bateaux: l’Aventure, la Rose des Vents, l’Embellie et la Grande Ourse (yacht de 14 mètres).

Ses oeuvres sont présentes dans les musées: Brême, Budapest, Dijon, Le Havre, Lille, Nantes, Paris (Musée d’Orsay), Pittsburgh, Saint Nazaire, Strasbourg.

Share

Odetta, les belles années Art déco à Quimper!

1922 marque le début d’une nouvelle production artistique à la manufacture HB de Quimper, l’une des plus riches de son histoire!

Rare vase évasé à motif de broderies stylisées, h.23cm, marqué sous la base « HB Quimper Odetta »

L’originalité de la production Odetta réside dans la technique de décoration employée et dans le renouvellement des formes. Pour la décoration des pièces en grès Odetta, il s’agit d’un procédé de cloisonné. « Le contour de la pièce est tracé au manganèse. Les réserves ainsi tracées, au pinceau à main levée ou selon le pointillé laissé par le poncif, sont remplies par des émaux posés à la goutte, avec un pinceau en poils d’oreille de boeuf. C’est grâce à l’emploi d’émaux, en substitution aux couleurs, que la palette chromatique des pièces Odetta trouve toute sa puissance. »

La marque Odetta est apposée sur l’ensemble des pièces en grès, à l’exception des statuettes, où elle est remplacée par le nom de l’artiste. « Certaines formes des grès Odetta sont semblables à celles utilisées par nombre de céramistes de l’époque Art déco, voire par les dinandiers. Deux sources d’inspiration prévalent. La première est d’essence exotique: les poteries africaines et océaniennes servent de modèles, d’où ces formes puissantes, pansues, avec des cols étroits, ou évasés. La seconde source est celle d’artistes influencés par le cubisme ou par les théories avant-gardistes du Bauhaus, ils dessinent des formes géométriques d’une surprenante modernité. »

« Il n’y a pas d’unicité d’inspiration dans le décor des grès Odetta; cela reflète parfaitement l’esprit Art déco, puisant son inspiration à plusieurs sources, mais toujours à la recherche de la rigueur. A côté de figures géométriques, le décor est parfois thèmatique. Il peut évoquer la Bretagne, sa faune, sa flore et ses hommes, mais sans s’enfermer dans le régionalisme. »

Quelques artistes ayant produit des modèles en grès Odetta: Aplhonse Chanteau, Paul Fouillen, Georges Brisson, Louis Garin, René Beauclair, Georges Renaud, René Olichon (dit Rol).

 

Share

André Dauchez, le bassin d’Arcachon!

André Dauchez va peindre en 1927, cette petite huile sur panneau de l’entrée du bassin d’Arcachon. Il n’en fera pas d’autres formats en atelier.

André Dauchez, entrée du bassin d’Arcachon, huile sur panneau, signée en bas et à droite, 23,5 x 33cm

Peintre et graveur, stimulé et encouragé par son beau-frère l’artiste peintre Lucien Simon, André Dauchez puise son inspiration dans ces paysages des bords de mer et notamment la Bretagne dès 1894, s’installant en 1905 près de Loctudy.
Les paysages, landes, dunes, villages de pêcheurs, pélerinages, paysans et pêcheurs bretons, navires, furent ses motifs préférés.

André Dauchez débute au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts en 1894, dont il devint secrétaire en 1927 et président en remplacement de Forain. Il prit part à de nombreuses expositions à l’étranger: Pittsburgh (Institut Carnegie), Munich, Budapest, Bruxelles, Barcelone, etc…. Il obtint une médaille d’argent à l’Exposition Universelle de 1900. Il fut promu chevalier de la Légion d’Honneur en 1911, officier en 1932, membre de l’Institut en 1938.

André Dauchez fut nommé peintre officiel de la Marine le 9 août 1922. Marin dans l’âme, il a navigué sur ses propres bateaux: l’Aventure, la Rose des Vents, l’Embellie et la Grande Ourse (yacht de 14 mètres).

Ses oeuvres sont présentes dans les musées: Brême, Budapest, Dijon, Le Havre, Lille, Nantes, Paris (Musée d’Orsay), Pittsburgh, Saint Nazaire, Strasbourg.


Share

André Wilder, la poésie des ports!

André Wilder, le port de Rotterdam , huile sur toile, 1905, signée et datée en bas et à gauche, 60x73cm

 

 

André Wilder (Paris 1871 – 1965), fils du musicologue Victor Wilder, suit les cours de l’école des arts décoratifs dans l’atelier de Léon Gérome. En 1892, il rencontre le peintre Marius Michel dont il est très proche.
En 1895, à Trébeurden, il se lie avec le peintre Maxime Maufra. C’est lui qui lui fera découvrir la Bretagne au cours des trois semaines qu’ils y passeront cette année-là. Attaché à l’impressionnisme, il peint dans la manière de Sisley et surtout de Maxime Maufra.

La Bretagne fut pour lui une grande source d’inspiration. André Wilder peignit sur les pas de Claude Monet à Belle Ile, se rendit à Saint-Briac, le Golfe du Morbihan, Pontivy, Carnac, Quiberon. Il s’arrêta aussi à Camaret, Saint-Malo.

Sa première grande exposition individuelle a lieu en 1904 à la galerie Bernheim. Le catalogue est préfacé par  Octave Mirbeau. Il expose à nouveau chez Berheim en 1909 et les années suivantes à la galerie Charpentier, chez Montauti à Nice, puis à Rotterdam, Londres, New York, Bruxelles, Zürich, Barcelone, San Francisco, Riga ou Tokyo.

Oeuvres présentent dans les musées:
Musée du Luxembourg – Musée de Cincinnati – Hôtel de ville de Constantine – Consulat de France à New York – Préfecture de la Loire infèrieure – Ministère des Affaires étrangères – Ministère de l’intérieur – Musée de la batellerie.

Bibliographie:
Dictionnaire des peintres, Benezit, Ed Grund

Share

André Wilder, celui qui aimait la mer.

 

André Wilder, Camaret, huile sur toile, c.1905, signée en bas et à gauche, 46x55cm

 

André Wilder (Paris 1871 – 1965), fils du musicologue Victor Wilder, suit les cours de l’école des arts décoratifs dans l’atelier de Léon Gérome. En 1892, il rencontre le peintre Marius Michel dont il est très proche.
En 1895, à Trébeurden, il se lie avec le peintre Maxime Maufra. C’est lui qui lui fera découvrir la Bretagne au cours des trois semaines qu’ils y passeront cette année-là. Attaché à l’impressionnisme, il peint dans la manière de Sisley et surtout de Maxime Maufra.

La Bretagne fut pour lui une grande source d’inspiration. André Wilder peignit sur les pas de Claude Monet à Belle Ile, se rendit à Saint-Briac, le Golfe du Morbihan, Pontivy, Carnac, Quiberon. Il s’arrêta aussi à Camaret, Saint-Malo.

Sa première grande exposition individuelle a lieu en 1904 à la galerie Bernheim. Le catalogue est préfacé par  Octave Mirbeau. Il expose à nouveau chez Berheim en 1909 et les années suivantes à la galerie Charpentier, chez Montauti à Nice, puis à Rotterdam, Londres, New York, Bruxelles, Zürich, Barcelone, San Francisco, Riga ou Tokyo.

Oeuvres présentent dans les musées:
Musée du Luxembourg – Musée de Cincinnati – Hôtel de ville de Constantine – Consulat de France à New York – Préfecture de la Loire infèrieure – Ministère des Affaires étrangères – Ministère de l’intérieur – Musée de la batellerie.

Bibliographie:
Dictionnaire des peintres, Benezit, Ed Grund

Share