Charles Martin-Sauvaigo, un Niçois voyage en Bretagne.

Charles Martin-Sauvaigo
Charles Martin-Sauvaigo, vue de Douarnenez,
huile sur toile, signée en bas et à droite, 61 x47cm
Vendu-Sold

Charles Martin-Sauvaigo (Nice le 7 février 1881 – Paris le 12 novembre 1970) est un peintre de paysages, de marines et décorateur, un peintre postimpressionniste et peintre officiel de la Marine.

Il fut élève de Léon Bonnat et de Luc-Olivier Merson. Il exposa à Paris au Salon des Artistes Français à partir de 1910. Il obtint une mention et le prix de la Savoie en 1913; le Prix Paul Liot en 1925. En 1931, à l’occasion de l’exposition coloniale, il réalise la décoration du Palais de l’A.O.F. et du salon d’honneur de la Marine marchande. Ses compétences dans le domaine de la décoration d’édifices publics lui valent de nombreuses commandes (lycée à Nice, préfecture des Alpes-Maritimes, chapelle à Garches, etc…).

Il obtint une médaille d’or en 1937. En 1956, une première médaille lui est décernée au festival d’Architecture et d’Art monumental. Il obtient également la médaille d’or puis est classé hors concours au Salon des Artistes français. Il est nommé peintre officiel de la Marine le 9 août 1922.

Il fut professeur de dessin à l’Ecole Polytechnique et membre du jury de la Société des beaux-arts d’Outre-Mer et de l’Ecole nationale des beaux-arts de Paris. Il fut décoré chevalier, puis officier de la Légion d’honneur, et également officier de l’Instruction Publique.

Attiré par la vie maritime, il travaille avec de nombreuses compagnies pour lesquelles il décore des navires (Liberté, Ile-de-France, Marseillaise, Amiral de Grasse, Général Chanzy, Ville d’Alger, Ville d’Oran, Ville de Tunis, etc…).

Ses oeuvres sont présentes dans les musées: Nancy – Nice – Paris (Art Moderne – Carnavalet) – Montevideo – New York…

Bibliographie:

Dictionnaire des peintres et sculpteurs, Bénézit, Ed Gründ, 1999, Tome IX, p.287

Dictionnaire des peintres français de la Mer et de la Marine, J.N.Marchand, 1997

Share

Lucien Mainssieux, le peintre musicien en Provence.

Lucien Mainssieux
Lucien Mainssieux, vue de Cagnes, 1920
huile sur toile, signée, située et datée en bas et à gauche, 65x 54cm
Vendu-Sold

Lucien Mainssieux (4 août 1885 – Voiron 8 juillet 1958) est un peintre postimpressionniste et orientaliste.

Jules Flandrin devient son professeur, puis il fréquente l’Académie Julian ainsi que l’école des Beaux-Arts de Paris. Il obtient en 1921 une bourse de voyage pour l’Afrique du Nord.

Il débute au Salon des Indépendants en 1907, puis au Salon de la Société Nationale et au Salon d’Automne (1928-1931); mais aussi à l’étranger, notamment à Bâle en 1939. Il a figuré en 1980 à l’exposition “150 ans de peinture dauphinoise” au château de la Condamine. Il fut membre du jury du salon des artistes coloniaux.

Egalement violoniste et critique musical redouté, son oeuvre est bien celle d’un peintre-musicien. En effet, très tôt, Lucien Mainssieux plonge dans l’univers de la musique par l’intermédiaire de sa mère pianiste. Il jouera du violon et de l’alto sous la baguette de grands chefs tel Stravinski ou Weingartner. Dès 1919, il sera également critique musical pour le journal « Le crapouillot – arts, lettres et spectacles ». Lucien Mainssieux peindra ses amis musiciens, comme « le violoniste Lilien » et les instruments prendront une place privilégiée dans ses tableaux.

En 1920, la visite de l’atelier de Renoir à Cagnes bouleverse l’artiste. Baigné sous la lumière de la Méditerranée. Il abandonne la pâte épaisse et massive et joue alors sur la transparence et la clarté de la touche.

Il a peint à Paris, Rome, Afrique du Nord…des figures et des paysages. Il a illustré Un été au Sahara, de Fromentin et les livres consacrés au Maroc par les frères Tharaud.

Le musée Mainssieux à Voiron est constitué du fond d’atelier de l’artiste et de sa propre collection personnelle qu’il a léguée à la ville de Voiron.

Bibliographie:

-Isabelle Experton, François Roussier, Lucien Mainssieux 1885-1958, éd Didier Richard, 1985.

Dictionnaire des peintres, Bénézit, Ed Gründ, Tome IX, p.37

Eloge de Lucien Mainssieux, Brucker, 1960

Deux siècles et plus de peinture dauphinoise, Maurice Wantellet, Grenoble, 1987

Share

Raphaël Lewisohn, peintre méconnu de la Bretagne.

Raphael Lewisohn
Raphaël Lewisohn, la jeune bergère sur la dune,
huile sur toile, signée en bas et à gauche, 50x61cm
Vendu-Sold

Raphaël Lewisohn (Hambourg 1863 – Paris 1923) est un peintre allemand actif à Paris.

Raphaël Lewisohn exposa à Munich en 1891 et 1893. Il était le demi-frère d’Adolph Lewisohn, financier new-yorkais installé à Paris.

Il vint s’installer en France, où il fut membre de la Société Nationale des Beaux-Arts depuis 1897.

Il peint dans différentes régions de France, dont la Bretagne et le pays Basque, ainsi qu’en Espagne. Il eut plusieurs expositions personnelles aux Etats-Unis.

Cette oeuvre est à rapprocher d’une oeuvre acquise en 1907 par ce qui deviendra le Telfair Museum of Art (Savannah, Georgia, USA).

On trouve également de lui une oeuvre intitulée “la danseuse en Bretagne” dans la collection Vollard du musée Léon Dierx, mais bien d’autres dans les musées français.

Bibliographie:

Dictionnaire des peintres et des sculpteurs, Bénézit, Ed Gründ, Tome VIII, p.614

Share

Jean-Haffen, la vie des pêcheurs en Finistère.

Jean Haffen pêcheurs en Finistère
Yvonne Jean-Haffen (1895-1993), au port de Camaret,
technique mixte, signée en bas et à gauche,
Vendu-Sold

Yvonne Jean-Haffen nous présente une belle composition représentant des pêcheurs dans leurs barques sardinières, en train de préparer la cotriade, amarrées aux quais du port de Camaret. C’est une sorte d’instantané de la vie de ces pêcheurs; on est témoin, sur le quai, de cette petite flottille de barques noires, typiques du Sud-Finistère, qui viennent se protéger pour la nuit, le long des quais du port de Camaret. En légère contre-plongée, ignorant presque la présence du ciel, la présence forte des lignes verticales des mâts des chaloupes coupent cette composition dont le fond nous dévoile la Tour Vauban, la chapelle de Notre-Dame de Rocamadour et le cimetière des bateaux.

Yvonne Jean-Haffen rencontre Mathurin Méheut en 1925 et deviendra son élève jusqu’à la mort de celui-ci, travaillant avec lui sur différents projets et en maints endroits de la Bretagne principalement. Au début de leur rencontre, elle travaille la gravure et la céramique à Quimper, puis la caséine et la gouache. Elle travaillera aux côtés de Méheut, parcourant toute la Bretagne.

Elle a exposé en 1924 au Salon des Artistes Français, puis à la Société Nationale des Beaux-Arts dont elle devint sociétaire, en 1927. Cette année-là, elle débute sa collaboration avec la faïencerie Henriot à Quimper, et présentera ses céramiques au Salon des Artistes Décorateurs.

Le Musée Yvonne Jean-Haffen est installé à La Grande-Vigne qui était la demeure, l’atelier et le lieu d’inspiration de l’artiste collaboratrice et amie du peintre Mathurin Méheut (1882-1958). Aujourd’hui propriété de la Ville de Dinan, la maison a su garder l’atmosphère chaleureuse instaurée par Yvonne. L’artiste aimait y recevoir ses amis artistes et écrivains, notamment Mathurin Méheut, Roger Vercel et Florian Le Roy. À l’intérieur, les objets personnels de l’artiste sont encore en place et font de la maison un lieu hors du temps. 

Bibliographie:

-Delouche Denise, De Stoop Anne. Yvonne Jean-Haffen. Ed.Palantines, 2012.
Dictionnaire des peintres, Bénézit, Ed Gründ, 1999
Yvonne Jean-Haffen, Finistère, catalogue d’exposition, Morlaix, Musée des Jacobins, 1997

Share

Narcisse Guilbert, l’impressionniste de l’école de Rouen.

Narcisse Guilbert
Narcisse Guilbert, la femme au tub,
huile sur panneau, signée, 51,5x62cm

Vendu-Sold

Narcisse Guilbert (Bouville 1878 – 1942) fut élève à l’école des Beaux-Arts de Rouen où il suit les cours de Philippe Zacharie. En 1910, l’Académie des Beaux-Arts de Rouen lui décerna la bourse du prix Pellecat, ce qui lui permit de découvrir la Bretagne et les paysages marins.

En 1907, il participa à la fondation et à la première exposition de la Société des Artistes Rouennais. Il fit sa première exposition personnelle à Rouen en 1908, et une à Paris en 1920. Il expose régulièrement au Salon de Rouen de 1907 à 1936, au Salon du Havre en 1909 et 1922 et à la galerie Legrip à Rouen.

Narcisse Guilbert fit partie de ce groupe d’artistes rouennais qui, derrière Alert Lebourg et Pierre Dumont, reçurent la leçon des impressionnistes. L’animateur du groupe, Delattre, fonda une Académie Libre, où se retrouvaient les amis et où Guilbert étudia aussi. Il peignit les paysages marins autour de Fécamp et Varengeville, l’année 1930 étant celle où il peignit le plus de marines.

Il fut très lié à Robert Antoine Pinchon, autre artiste de cette Ecole de Rouen. D’ailleurs, dans ce tableau, c’est madame Pinchon qui pose comme modèle dans cette composition où il montre qu’il a bien compris la leçon des impressionnistes.

« Très sensitif, très spontané, talent nerveux et souple, épris d’harmonies sonores et colorées, il se distingue par la beauté de ses coloris, par une facture vive et expressive, par un très beau métier de peintre. Il est surtout le peintre des ciels de pleine lumière, des ciels d’or et de pourpre.» Georges Dubosc.

Share