Sévellec, la libre esthétique d’un breton.

Natif de Camaret, Jim Eugène Sévellec (1897-1971) commence sa carrière artistique au début des années 1920. Professeur à l’école de beaux-arts de Brest, il multiplie les articles et des critiques d’art; nommé peintre officiel de la Marine en 1936, dans la même promotion que René-Yves Creston, co-fondateur du mouvement des Seiz Breur.

Son contact avec la manufacture Henriot à Quimper date des années 1927-1928. Jim Sévellec va réaliser dans cette faïencerie un grand nombre de sujets et services, qui lui assureront un beau succès. On peut noter pour l’anecdote, que souvent dans les groupes figurant une fillette et sa mère, ce sont sa fille et son épouse qui servaient de modèles.

Jim Eugène Sévellec

Jim Eugène Sévellec, Assiette en faïence,

chez Henriot Quimper, signée dans le décor, diamètre 24,5cm

Vendu-Sold

À partir de 1925, ses séjours en Bretagne devinrent plus fréquents et même temps que s’affirmait sa reconnaissance artistique : exposi­tions en Bretagne, puis à Paris, début de sa longue collaboration avec la faïencerie Henriot, nommé professeur à l’École européenne supérieure d’art de Bretagne (Brest), peintre officiel de la Marine, sociétaire des artistes français… Son talent aux multiples facettes le fit aussi s’intéresser au renouveau des meubles bretons et une réalisation de ses élèves fut sélectionnée pour l’exposition universelle en 1937.

Puis survint la seconde guerre mondiale et la famille Sévellec dût abandonner sa maison de la rue Yves Collet à Brest pour se réfu­gier à Landerneau. Là, Jim Sével­lec peignit beaucoup, les rues de Landerneau comme les villages des environs. « Est entré dans sa pein­ture un ocre inexistant jusque-là, tandis qu’un rouge disparaît », s’est souvenu son fils, Joël-Jim. Le peintre s’investit dans la vie de la cité landernéenne, réalisant notam­ment les décors d’une pièce, « L’Ar­lésienne », jouée à Landerneau, Morlaix et Daoulas au profit des pri­sonniers.

Puis ce fut Marseille pendant deux ans comme professeur à l’éco­le des PTT et le retour en Bretagne. Nantes d’abord, Brest ensuite et des années de maturité artistiques, marquées par de nombreuses expo­sitions, les illustrations de l’histoi­re en bande dessinée de Brest, Quimper, Marion du Faouët, les diaporamas de la Tour Tanguy… Sa mort est survenue le 21 mai 1971.

Share

René Yves Creston, rarissime oeuvre de la création Seiz Breur!

Rarissime plat de l’un des fondateurs du mouvement Seiz Breur (Sept Frères), René-Yves Creston (1898-1964), en faïence polychrome de 1925.

Ce plat édité par la faïencerie Henriot à Quimper à très peu d’exemplaires, est intitulé « Le Terrien » au revers; il s’agit de la figure de l’homme de « Guen-Ménez ». Il mesure 30cm de diamètre. (Vendu-Sold)

René Yves Creston

René Yves Creston

En 1923,  René-Yves Creston, sa femme Suzanne et Jeanne Malivel fondent l’Union des Sept Frères (Unvaniezh Seiz Breur) réunissant quelques dizaines d’artistes bretons de plusieurs disciplines voulant créer pour le plus grand renom de la Bretagne.

Véritable coordinateur du mouvement, René-Yves Creston passe de la gravure sur bois à l’aquarelle ou à l’huile, travaille pour Henriot à Quimper, puis devient sculpteur.

En 1927, en collaboration avec le sculpteur Jules-Charles Le Bozec (1898-1973), encore élève aux Beaux-Arts, il dessine les costumes de trois pièces de théâtre : Ar C’hornandoned (Les Korrigans) de Job Le Bayon, Tog Jani (Le chapeau de Jeanne) d’Yves Le Moal, et Lina de Roparz Hemon, dont la première représentation a lieu en janvier 1927.

Il écrit dans Breiz Atao et aide à la parution des revues d’art Kornog (Occident) et Keltia. Il passe de la gravure sur bois à l’aquarelle ou à peinture à l’huile, travaille pour les faïenciers quimpérois, puis devient sculpteur. On lui doit une sculpture de Nominoë. Il illustre le livre Kan da Gornog de Youenn Drezen, pour lequel il crée une nouvelle typographie. En 1926, René-Yves Creston a encore laissé des illustrations gravées sur bois pour La Brière d’Alphonse de Châteaubriant.

Share

Mathurin Méheut, plat aux poissons de 1925

Méheut
Mathurin Méheut, « plat aux poissons », 1925, Henriot Quimper, l.31,5cm
Vendu-Sold

Le grand artiste breton Mathurin Méheut (1882-1958) a aussi produit de splendides pièces en céramique dans les ateliers d’Henriot à Quimper dès les années 1920. Ce splendide plat, de qualité muséale, d’une variante du service de la Mer, provient d’une grande collection bretonne d’avant-guerre. Mesurant 31,5cm de long, ce plat est le témoin incomparable du talent de Mathurin Méheut, talent mis en exergue lors de la rétrospective de l’artiste organisée au Musée de la Marine en 2013.

C’est lors d’une visite aux faïenceries Henriot de Quimper que Méheut rencontre l’un des deux fils de Jules Henriot. Commence alors une longue et fructueuse collaboration de plus de trente ans. Dés 1919, il travaille aux faïenceries. Son but était d’engager Quimper sur une voie nouvelle grâce au renouvellement du décor quimpérois. A partir de 1927, il collabore également avec la Manufacture nationale de Sèvres jusqu’en 1940, et avec Villeroy et Boch en Sarre.

Share