Journées du Patrimoine, André Dauchez à Loctudy

Dans le cadre des Journées du Patrimoine des 15 et 16 septembre 2018, la galerie Brugal présentera l’oeuvre gravé d’André Dauchez au manoir de Kerazan à Loctudy, Bretagne.

Le manoir de Kerazan et l’association Promouvoir Kerazan vous donnent rendez-vous du 15 au 23 septembre 2018 pour son cinquième salon de la gravure dans la salle de réception du manoir.
Cette année ce sont les oeuvres de cinq graveurs contemporains Guy Cosnard, Serge Marzin, Philippe Migné, Béa Nenoux et Erik Saignes, qui voisineront sur les cimaises du superbe manoir de l’institut de France avec les gravures d’ André Dauchez (1870- 1948), présentées par la galerie Brugal.
Au travers de six univers singuliers une soixantaine d’estampes seront exposées.
Eaux- fortes, burins, aquatintes, gravures sur bois ou lino, un ensemble représentatif des techniques utilisées aujourd’hui vous sera présenté les 15 et 16 septembre par les artistes présents pour les journées du patrimoine.

Séduit par les paysages de Cornouaille dont il va réussir à transcrire le charme et la diversité, AndréDauchez exprime sont talent de dessinateur et de graveur et devient l’un des grand représentants de l’eau-forte de la première moitié du XXe siècle.
Stephane Brugal présentera à l’occasion des journées du patrimoine, le catalogue raisonné de son oeuvre gravé qu’il vient de rédiger.

 

Share

André Dauchez, parution du catalogue raisonné de l’oeuvre gravé!

André Dauchez, portraitiste de la Cornouaille  – 

Catalogue raisonné de  l’œuvre gravé

©Stéphane Brugal – 2018 – ISBN: 978-2-9564449-0-9

Stéphane Brugal, historien de formation, diplômé de l’Institut d’études techniques et historiques des objets d’art, découvre l’oeuvre d’André Dauchez dans le cadre de son parcours de galeriste spécialisé dans les artistes ayant succombés aux charmes de la Bretagne.

Par cet ouvrage, Stéphane Brugal met en lumière l’art de la gravure d’André Dauchez, sa technique de l’eau-forte dont il devint l’un des grands représentants de la première moitié du XXe siècle. Cet ouvrage se veut exhaustif et apporte un outil de travail qui deviendra une référence pour tous les passionnés de l’oeuvre de l’artiste.

Séduit et influencé par les lignes et la force des paysages, de la baie de Douarnenez à Belle-Ile-en-Mer, André Dauchez va réussir à transcrire les nombreux visages de cette Cornouaille bretonne : landes, dunes, estuaires et anses bordées de pins, bords de côtes et de rivières, rochers à marée basse, furent ses motifs préférés.

Les œuvres d’André Dauchez ont une vigueur merveilleuse, ces observations à l’eau-forte, spontanées, puissantes et simplifiées, nous dévoilent l’excellent graveur et le grand dessinateur qu’il était. D’une pointe fine et d’un acide mordant, André Dauchez exprime la force et la rudesse de cette Cornouaille, mais aussi son charme et sa diversité.

De ces oppositions saisissantes d’ombres et de lumière, l’artiste fait ressortir d’un trait nerveux le découpage des arbres, la physionomie d’un rivage, dans lequel l’on sent vibrer la vie. Il discerne à chaque moment les effets différents produits par l’ombre, par le soleil ou par le vent qui bouleversent sans cesse l’apparence d’un paysage, sachant capter ainsi l’essence même de son sujet tel un vrai portraitiste.

Share

Bretagne et Peinture, jusqu’à Pont-Aven.

Le musée de Pont-Aven, seul musée au monde entièrement dédié à l’école de peinture du même nom, vient de réouvrir ses portes après trois ans de travaux.

Il est installé dans l’ancien hôtel Julia, lieu symbolique puisque c’est ici que logeaient les artistes quand ce petit bourg breton était la coqueluche des peintres de la fin du XIXème siècle.

Pour un nouvel itinéraire Bretagne et Peinture, suivez l’ Itinéraire du jour!

Share

Bretagne et Peinture, nouvel itinéraire à Lamballe.

Nouvel itinéraire sur le thème « Bretagne et Peinture », avec une halte à Lamballe, le pays d’origine du grand artiste Mathurin Méheut,

Situé au coeur de Lamballe dans les Côtes-d’Armor, le musée Mathurin Méheut est consacré à cet artiste touche à tout : peintre, décorateur, illustrateur, céramiste et sculpteur. Installée dans une ancienne maison à pans de bois, cette collection d’oeuvres de l’artiste Lamballais provient d’une donation de 10 000 dessins, faite par les descendants de Mathurin Méheut en 1972 (donation remise en question par certains descendants de l’artiste quelques années plus tard).

Ce numéro d’Itinéraires Bretagne est aussi l’occasion d’une belle rencontre avec Louis-Marie Faudacq, peintre contemporain de Mathurin Méheut. Douanier, il a arpenté les plages du Goélo et du Trégor avec ses carnets de croquis.

Share

Musée des Beaux-Arts de Rennes à redécouvrir!

Le musée des Beaux-Arts de Rennes est aux Rennais ce que la tour Eiffel est aux Parisien. Tout le monde le connaît, mais personne n’y met les pieds…Pourtant il abrite de véritables merveilles allant de « La chasse au tigre » de Rubens au Vase de fleurs à la fenêtre de Gauguin.

A voir le reportage  sur Itinéraire Bretagne, Bretagne et Peinture au musée des Beaux-Arts de Rennes.

 Penguilly L'Haridon

Octave PENGUILLY-L’HARIDON (Paris, 1811 – Paris, 1870), Les petites mouettes, 1858, huile sur toile, 73 x 91,5 cm
Dépôt du Fonds national d’Art contemporain, entre 1859 et 1863


« Ce tableau du peintre d’origine bretonne Octave Penguilly-L’Haridon étonne dans la carrière atypique de cet artiste, plus connu par ses scènes à caractère historique. A son célèbre Combat des Trente, austère et traité à la manière d’un carton de tapisserie, il oppose ici une peinture d’une extrême « fraîcheur ».

En 1858, au moment où il peint cette toile à Belle-Ile, rares sont les visiteurs qui se rendent sur cette île, encore très irrégulièrement reliée au continent. Précédant Claude Monet, Penguilly-L’Haridon est attiré par la nature sauvage et grandiose de l’île. Le site représenté est celui de Port-Donnant, dont il a su exprimer la beauté de la plage désolée. Cette oeuvre est faite de contrastes. Les verticales des deux rochets à gauche, accentuées par leurs ombres sur la plage, dominent par leur monumentalité les petites mouettes accumulées sur la grève. Ces dernières paraissent d’autant plus fragiles et minuscules. Leur fourmillement rend presque leur piaillement dans cette étendue silencieuse et déserte. La dynamique de leur vol au-dessus des falaises tranche avec le statisme des masses rocheuses. Les couleurs chaudes, brunes des rochers et ocre orangé du sable, font ressortir la blancheur des oiseaux et les tons froids de la mer et du ciel. » (extrait de la fiche descriptive du musée des Beaux-Arts de Rennes).

Share